La négativité ou les intermittences du sens chez Hegel et chez Freud

par Claire Pagès

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Catherine Malabou.

Le président du jury était Jean-Michel Salanskis.

Le jury était composé de Catherine Malabou, Jean-Michel Salanskis, Christophe Bouton, Samuel Weber, Pierre Macherey.

Les rapporteurs étaient Christophe Bouton, Samuel Weber.


  • Résumé

    Cette thèse part du concept hégélien de négativité et construit, à partir de l’œuvre de Freud, un concept de négativité psychique. Nous nous intéressons à la façon dont le travail du négatif – dialectique et psychique – a été reçu et critiqué. La reconstitution de cet horizon critique nous permet de dégager que les pensées hégélienne et freudienne sont contestées car ce sont des pensées du sens plein. La charge et la cible critiques peuvent se résumer par un mot, celui de sens. On leur reproche alors d’être incapable de concevoir le non-sens ou les intermittences du sens. Celles-ci resteraient impensées et seraient même impensables dans le cadre de ces deux théories. Nous distinguons trois figures du non-sens que nous nommons : dysfonction, dis-fonction ou différence et automatisme. Le travail du négatif constituerait alors un déni de ce qui ne fonctionne pas, de ce qui dis-fonctionne et de ce qui fonctionne tout seul. Nous nous proposons de relire le concept de négativité de façon à le ressaisir au contraire comme une pensée des intermittences du sens. Le travail du négatif serait ainsi ouvert sur la dysfonction, la différence et l’automatisme.

  • Titre traduit

    The negativity or the intermissions of sense in Hegel’s philosophy and Freud’s psychoanalysis


  • Résumé

    This PhD thesis starts with the Hegelian concept of negativity and it constructs a concept of psychic negativity based on the work of Freud. We put the focus on how the Work of the Negative – dialectic or psychic work – has been interpreted and criticized. The reconstitution of this critical horizon leads to the identification that Hegelian and Freudian thoughts are challenged, because they are thoughts of sense understood as a total sense. Then, they are accused of being unable to conceive the nonsense or the intermissions of sense. We can distinguish three forms of these intermissions that we call dysfunction, difference (dis-function) and automatism. The work of negative wouldn’t understand what does not work, what works different ways and what works alone. We intend to reread the concept of negativity in order to define it on the contrary as a way of thinking the intermittent sense. The work of the negative is open to the dysfunction, the difference and the automatism.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2015 par CNRS éditions à Paris

Hegel & Freud : les intermittences du sens


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2015 par CNRS éditions à Paris

Informations

  • Sous le titre : Hegel & Freud : les intermittences du sens
  • Dans la collection : CNRS philosophie
  • Détails : 1 vol. (410 p.)
  • ISBN : 978-2-271-08297-8
  • Annexes : Bibliographie p. 389-[405]. Notes bibliographiques en bas de pages
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.