Entre migration et plurilinguisme : la place du Brésil et de sa culture dans l’enseignement du portugais en France (de 1973 à 1998)

par Ingrid Bueno Peruchi

Thèse de doctorat en Langues, littératures et civilisations romanes : Portugais

Soutenue le 13-12-2010

à Paris 10 en cotutelle avec l'Universidade estadual de Campinas, dans le cadre de Ecole doctorale Lettres, langues, spectacles (Nanterre).


  • Résumé

    La politique de l’enseignement scolaire des langues en France se distingue historiquement par le grand nombre de langues proposées au collège et au lycée, dont le portugais, introduit en 1973 et présent depuis. Dans le but de connaître la place et les représentations attribuées au Brésil, le plus grand pays de langue portugaise, dans cet enseignement, les 25 premières années ont été privilégiées, de 1973 à 1998, car on peut y observer une formation discursive et idéologique cohérente. Cette perspective impose, de prime abord, une recherche sur les contextes socio-historiques de la mise en place des cours de portugais en France, comme l’immigration portugaise et la fin de la dictature salazariste en 1974. Ces contextes auront des répercussions indéniables sur la représentation du Brésil. L’histoire de l’introduction de la langue dans l’enseignement, qui vacille entre un enseignement de langue maternelle et de langue étrangère, et les images qui lui sont attribuées ont engendré le développement d’une image du Brésil centrée sur l’histoire portugaise, sur son passé colonial ou sur les rapports historiques qui lient le Brésil au Portugal et (en moindre partie) aux autres pays de langue portugaise. Cette représentation s’encadre dans l’idéologie de la lusophonie, concept né après la fin de l’empire portugais afin de maintenir une union imaginaire entre ces pays par la langue. Le Brésil contemporain, étudié au niveau du lycée, est abordé sous le prisme des études géographiques, dont l’image dominante reste celle du « pays de contrastes ». De là, l’intérêt presque exclusif pour les contextes sociaux ou environnementaux fortement problématisés, à l’exemple des « problèmes du Nord-est » ou de l’Amazonie, selon l’expression des programmes. Cet ensemble historique et discursif trouverait en partie sa justification dans des questions identitaires liées à l’immigration portugaise. La recherche s’appuie sur l’analyse discursive des textes officiels (lois, décrets, arrêtés, programmes d’enseignement…), des documents associatifs, des matériels produits en France pour l’enseignement du portugais à ce niveau d’études et d’entretiens avec des enseignants du secondaire.

  • Titre traduit

    Between migration and multilingualism : the place of Brazil and its culture in the teaching of Portuguese in France (from 1973 to 1998)


  • Résumé

    The politics of teaching languages at school in France historically distinguishes itself for the great number of languages it offers in secondary schools (collège for students aged 11 to 15, lycée for students aged 15 to 18), including Portuguese, which was introduced in 1973 and has been present ever since. Aiming to establish what place and representations this teaching gives to and of Brazil - the biggest Portuguese-speaking country - the first 25 years have been privileged, that is from 1973 to 1998. Indeed, one can observe a coherent discursive and ideological formation. This angle of approach requires, as a first approach, a research concerning the socio-historical contexts in which Portuguese lessons were introduced in France, such as Portuguese immigration and the end of Salazar's dictatorship in 1974. These contexts will have undeniable repercussions on the representation of Brazil. The history of the introduction of this language in teaching, vacillating between mother tongue and foreign language, and the images associated to the language prompted the development of an image of Brazil which is centred on the Portuguese history, on the colonial past or on the historical relations connecting Brazil to Portugal and (to a lesser extent) to the other Portuguese-speaking countries. This representation is outlined by the Lusophonic ideology, a concept which appeared after the end of the Portuguese colonial empire so as to maintain, through language, an imaginary union between these countries. The contemporary Brazil, studied in lycée, is considered from the point of view of geographical studies and its dominant representation remains that of a “land of contrasts”. From then on, the almost sole interest is focused on social or environmental contexts, which are strongly problematized, for instance the “problems of the North-East region” or of the Amazon, according to the programmes' own words. This historical and discursive whole would partially find its justification in the identity issues related to the Portuguese immigration. The research will rest upon the discursive analysis of the official texts (laws, decrees, teaching programmes...), associative documents, material produced in France for the teaching of Portuguese at that level of studies and interviews with secondary school teachers.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.