Mark Rothko et la question du tableau moderniste

par Riccardo Venturi

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Catherine Perret et de Ester Coen.

Soutenue le 10-12-2010

à Paris 10 en cotutelle avec l'Università dell'Aquila , dans le cadre de Ecole doctorale Connaissance, langage et modélisation (Nanterre) .

Le président du jury était Alessandro Nigro.

Le jury était composé de Catherine Perret, Ester Coen, Alessandro Nigro, Denys Riout, Éric de Chassey.

Les rapporteurs étaient Alessandro Nigro, Denys Riout.


  • Résumé

    Cette recherche se veut une reconsidération des œuvres et des écrits du peintre américain Mark Rothko (1903-1970) dans le cadre historique et théorique du modernisme. L’argumentation est articulée en trois grands axes qui correspondent à des déclinaisons différentes du tableau : le tableau-fenêtre ou la constitution même du tableau en tant qu’objet et surface picturale ; le tableau-membrane ou le tableau de chevalet en tant que médium privilégié par le modernisme ; le tableau-écran ou la peinture au-delà du tableau de chevalet moderniste. Le premier axe – tableau-fenêtre – correspond à la manière dont le tableau a été conçu à la Renaissance, comme surface réglée par la perspective selon le modèle albertien d’une fenêtre ouverte sur le monde. Le deuxième axe – tableau-membrane – correspond littéralement à l’affirmation de la peinture et du tableau de chevalet comme médium autonome dans la théorie moderniste des années quarante et cinquante. Le troisième axe – tableau-écran – est une remise en cause du modernisme greenberghien en tant que modèle pour comprendre les œuvres de Rothko et une considération de l’expérience cinématographique – élaborée par Rothko dans ses premières peintures ainsi que dans ses œuvres en série – en tant que dispositif spécifique de l’esthétique du modernisme et de la culture de masse.

  • Titre traduit

    Mark Rothko and the question of modernist painting


  • Résumé

    Mark Rothko and the question of modernist painting is a critical reassessment of American painter Mark Rothko’s (1903-1970) written and pictorial output, in the historical and theoretical framework of Modernism. The material is composed of three main parts which correspond to a different aspect of painting: the window-painting, or the constitution of the canvas as object and pictorial surface; the membrane-painting, or the easel canvas as the modernist predominant medium ; the screen-painting, or painting beyond modernist easel canvas. The first part entails the way painting has been conceived during the Renaissance, as a surface regulated by perspective in accord to the albertian model of a window open onto the world. The second part corresponds to the affirmation of painting and of the easel canvas as an autonomous medium in the modernist theory of 1940s and 1950s. The third part is a critical evaluation of Greenberg’s modernism as a model to understand Rothko’s work and a consideration of the cinematographic experience – which Rothko elaborated in his early works as well as in his panting in series – as a device specific to the aesthetic of modernism and of mass culture.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.