Dévotion, ascèse et violence dans l’hindouisme sectaire : ethnographie d’une secte shivaïte du Bengale

par Raphaël Voix

Thèse de doctorat en Ethnologie

Sous la direction de Catherine Clémentin-Ojha.


  • Résumé

    Fondé en 1955 par un fonctionnaire bengali, Ananda Marga, « la voie de la félicité », est une secte hindoue qui s’est donné un mode d’organisation à échelle planétaire et s’implique dans des activités missionnaires dans un grand nombre de pays. Dans le paysage religieux de l’Inde contemporaine, elle se distingue par les violences dont ses disciples ont été accusés. L’enquête ethnographique menée en son sein, l’analyse de sa littérature interne et le recueil de témoignages d’anciens disciples montrent que ces violences s’expliquent par les aspirations politiques de son fondateur et de ses membres ainsi que par l’instabilité de son assise économique. Mais pas uniquement. Elles visent également une mutation radicale de la personne du disciple et une transformation profonde la société, deux processus intimement liés. En se soumettant volontairement à des violences psychologiques et physiques, le disciple entend se soustraire aux limitations de l’existence ordinaire. S’il se libère ainsi du monde, c’est pour mieux agir dans le monde au service exclusif de son Gourou et de sa mission. Dotés d’une telle finalité, les actes de violence extrême apparaissent comme les expressions d’une ardeur dévotionnelle poussée à son paroxysme. Cette conception singulière de l’ascétisme prend source dans la culture tantrique bengalie, laquelle tient la force pour une manifestation de l’Énergie divine (śakti) et le Maître pour une divinité incarnée

  • Titre traduit

    Devotion, asceticism and violence in sectarian Hinduism : ethnographical study of a Bengali Sivaïte sect


  • Résumé

    Founded in 1955 by a Bengali civil servant, Ananda Marga, the "way of bliss", is a Hindu sect with worldwide organization and involved in missionary activities in a great number of countries. In the religious landscape of contemporary India, it is distinctively characterized by the violence for which its followers have been accused. The ethnographical research carried out among this sect, combined with the analysis of its internal literature and the collection of testimonies of former disciples shows that this violence can be explained by the political aspirations of its founder and its members as well as by instability of its economic base. But it can also be explained by two interrelated processes: the profound change in the person of the disciples and a radical transformation of the society. By submitting himself voluntarily to psychological and physical violence, a disciple tries to go over the limitations of ordinary existence. However, he frees himself from this world so that he can be in exclusive service to his Guru and his mission in this world. With such a purpose, acts of extreme violence appear as expressions of devotional fervour pushed to its climax. The source of this peculiar conception of asceticism can be traced in Bengali tantric culture, for which the force represents a manifestation of divine energy (śakti) and the Guru represents an incarnate deity

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?