Libéralisme et théâtre. Pratiques économiques et pratiques spectaculaires à Paris (1830-1848)

par Stéphanie Loncle

Thèse de doctorat en Langue et littérature françaises ; Arts du spectacle

Sous la direction de Christian Biet.

Soutenue le 30-11-2010

à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Lettres, langues, spectacles (Nanterre) .

Le président du jury était Gérard Gengembre.

Le jury était composé de Christian Biet, Gérard Gengembre, Florence Naugrette, Françoise Mélonio, Alain Vaillant, Jean-Claude Yon.

Les rapporteurs étaient Gérard Gengembre, Florence Naugrette.


  • Résumé

    Les deux décennies de la monarchie de Juillet sont marquées par une accélération de la libéralisation des activités économiques et politiques en France. La vie théâtrale parisienne est un des espaces d’expérimentation de ces nouvelles pratiques. Cette thèse étudie dans un premier temps les modalités diverses et contradictoires de la libéralisation des activités théâtrales à travers notamment l’histoire de huit théâtres parisiens représentant la vie théâtrale dans toute sa diversité. L’actualisation du conflit entre les différentes instances théâtrales (auteurs, comédiens, spectateurs, critiques, directeurs) se traduit par l’émergence d’un « monde du théâtre » concurrentiel, contractualisé et marchand. Lieu d’expérimentations, le Paris théâtral est aussi le lieu d’une production théorique riche sur la question du libéralisme au théâtre : les hommes de théâtre eux-mêmes contribuent à la réflexion sur les enjeux et les contradictions de l’insertion du théâtre dans le monde libéral. Ce débat est en outre investi par des hommes de droit, des hommes politiques, des historiens et des économistes. Nous étudions ainsi la façon dont le libéralisme théâtral est pensé, légitimé, promu, interrogé, historicisé voire naturalisé par des acteurs très divers de ce « monde des théâtres ». Enfin légitimé et relativement autonome, le théâtre semble être libéré de l’intervention politique et avoir intégré le monde économique en devenant une « industrie » comme une autre. Mais cette intégration soulève des contradictions théoriques majeures dans le paradigme libéral car les pratiques spectaculaires, structurellement performatives, remettent en question la définition libérale de l’individu et de la société. Loin de signifier le désintérêt du pouvoir politique et économique pour le théâtre, la libéralisation théâtrale doit donc être appréhendée comme un changement de régime théâtral. Ce ne sont pas seulement les conditions économiques, politiques et sociales des activités théâtrales qui sont affectées par la modernité libérale mais le rapport même entre le théâtre et la société qui est modifié, reconfiguré. Le troisième volet de cette thèse est ainsi consacré à l’étude des potentialités critiques qui subsistent dans les pratiques scéniques à l’heure où le théâtre semble avoir conquis sa légitimité dans le monde.

  • Titre traduit

    Liberalism and theatre. Economical pratices and stage performances in Paris (1830-1848)


  • Résumé

    During the July Monarchy, French society is deeply transformed by the liberalisation of its political and economical activities. The Parisian theatrical life is a field of experiment of these new practices. Our thesis first studies the different and contradictory ways of the liberation of theatrical activities, in particular through the history of eight representative Parisian theatres. The traditional conflict between playwrights, actors, audience, critics and directors is updated within the framework of a “theatrical circle” characterized by free-market economy, competition, contractualization. Field of experiments, the Parisian theatrical life is also a theoretical object, at the heart of economical, political, juridical, historical and even philosophical debates. The second part of this work deals with the theoretical aspects of the phenomenon: how theatrical liberalism is thought, legitimated, questioned and promoted during the period? Theatre seems to be finally free to exist in society, without being controlled by politics and to become integrated into the economic field as if it were an industry.But this apparent integration actually reveals theoretical and practical deep contradictions that weaken the idea of liberalism. The performative nature of stage and theatre raises the issue of the liberal definition of the individual and society. Hence theatrical liberalism does not mean a political and economical lack of interest in theatre. On the contrary, it must be studied as a change of theatrical regime which affects not only social, economical and political conditions of theatrical activities, but the relationship between theatre and society, which is totally transformed. The third part of this work is thus dedicated to the study of critical potential of stage performances that remain (or don’t) just as theatre seems to have gained his social legitimacy.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.