David Herbert Lawrence et Georges Bataille, l'érotisme et le sacré

par Juliette Feyel

Thèse de doctorat en Littérature comparée

Sous la direction de Camille Dumoulié.

Soutenue le 12-11-2010

à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Lettres, langues, spectacles (Nanterre) .

Le président du jury était Anne Tomiche.

Le jury était composé de Camille Dumoulié, Anne Tomiche, André Topia, William Marx, Jonathan Pollock.

Les rapporteurs étaient André Topia.


  • Résumé

    Cette étude s’attache à démontrer que David Herbert Lawrence et Georges Bataille s’inscrivent dans une même tradition philosophique, issue du romantisme allemand et de Nietzsche. Cela les porte tous les deux à chercher le sacré dans le corps et dans l’expérience dionysiaque : il faut l’effervescence collective sans tomber dans l’immanentisme, la révolution sans que celle-ci soit détournée au profit des dictateurs. Les tentatives pour faire l’expérience du sacré de manière politique échouent. Le sacré n’est en réalité accessible qu’à l’écriture. Les deux auteurs se rejoignent plus précisément en faisant de la jouissance érotique la voie privilégiée de l’accès au sacré car la jouissance est une « petite mort », c’est une perte de soi, une abolition de l’individualité. Mais là où les deux écrivains divergent, c’est dans leur façon d’écrire cette expérience.

  • Titre traduit

    David Herbert Lawrence and Georges Bataille, eroticism and sacredness


  • Résumé

    The thesis demonstrates that David Herbert Lawrence and Georges Bataille shared the same philosophical heritage. They drew inspiration from the theories of German Romanticism and Nietzsche. Therefore, they searched for the sacred in the life of the body and in a Dionysic ecstatic experience. They wanted collective turmoil without immanentism, a revolution which wouldn’t be jeopardised by the rise of a fascist dictator. However, their political attempts did not succeed. They realised then that sacredness was only to be reached through literary creation. Both writers thought that erotic ecstasis could lead to a sacred experience. Erotic jouissance amounts to a “little death” in which the ego is lost while the individual’s limits disappear. Yet, the two writers most differentiate themselves with regard to the literary devices they use in order to depict such an experience.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.