La théorie standard des unions monétaires à l'épreuve de l'Histoire

par Manix Hédreville

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Michel Aglietta.

Soutenue le 18-10-2010

à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Economie, organisations, société (Nanterre) .

Le jury était composé de Christian Ghymers, Laurence Scialom.

Les rapporteurs étaient Pierre-Cyrille Hautcoeur, André Orléan.


  • Résumé

    L’Histoire des unions monétaires est encore aujourd’hui un domaine assez inexploité par la science économique. Pourtant elle peut s’avérer riche d’enseignements. L’intérêt premier de cette thèse est de présenter une analyse historique et quantitative des phénomènes d’union monétaire depuis le XIXe siècle (5 expériences d’union monétaire sont ici étudiées : l’Union latine, l’union monétairescandinave, la zone franc-CFA, l’Union monétaire de la Caraïbe de l’Est et l’Union monétaire de la zone euro) permettant d’asseoir encore plus la pertinence de l’argument institutionnaliste selon lequel la théorie traditionnelle des Zones monétaires optimales ne serait satisfaisante ni sur le plan « positif » ni sur le plan « normatif ». Dès lors, la théorie orthodoxe doit être abandonnée au profit d’une conception de la monnaie comme institution souveraine. Cela commande une approche multidisciplinaire des unions monétaires, faisant la part belle aux outils conceptuels développés dans le cadre de l’Economie Politique Internationale. Partant de là, nous avons analysé les possibilités d’unions monétaires dans le monde, en particulier dans le MERCOSUR, en distinguant au niveau régional , du côté de l’ « offre de régime monétaire » comme du côté de la « demande de régime », les forces capables de porter (ou de faire obstacle) à l’accomplissement du projet d’union monétaire du MERCOSUR. Cela constitue le deuxième grand point d’intérêt de cette thèse.

  • Titre traduit

    Traditional theory of monetary unions put to the test of History


  • Résumé

    History of monetary unions is a relatively unexplored area for economics. All the same, one can learn great lessons from it. The first interest of this work is to present a historical and quantitative analysis of currency union phenomena since 19th century. Here, are studied five experiences of monetary unions: Latin Union, Scandinavian Monetary Union, CFA-franc zone, Eastern Caribbean Monetary Union and Euroland’s monetary union. This examination strengthens even more the institutionalist argument that standard Optimum Currency Areas (OCA) theory is satisfactory neither on the “positive” level nor on the “normative” one. Therefore the orthodox theory must be abandoned for the benefit of a conception of money as a sovereign institution. That calls for a multidisciplinary approach of monetary unions, with a great deal of room devoted to conceptual tools developed in the scope of International Political Economy. On that assumption, we assess the probability of occurrence of currency unions in the developing world – more specially in MERCOSUR – by distinguishing on the regime supply side, as on the regime demand side, forces that are able to carry into accomplishment (or to jeopardize) monetary union. That is the second main interest of our work.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.