La poésie comme paysage de l'être : écrire et penser la poésie dans l'oeuvre de Jacques Garelli

par Marianna Marino

Thèse de doctorat en Littérature comparée

Sous la direction de Jean-Michel Maulpoix.

Le président du jury était Michel Jarrety.

Le jury était composé de Jean-Michel Maulpoix, Michel Jarrety, Fabio Scotto, Anna Maria Laserra, William Marx, Maria Teresa Russo.

Les rapporteurs étaient Fabio Scotto.


  • Résumé

    L’œuvre de Jacques Garelli se fonde sur un entrelacs de poésie et philosophie qui se manifeste dans l’écriture à travers une approche phénoménologique du texte poétique (et littéraire en général). Ainsi, les ressources du poème (dont il faut retenir en particulier l’image, véritable noyau de la pensée garellienne de la poésie) concourent à une reconfiguration des processus qui ont amené à sa création et qui rendent sa réception possible. La lecture est en fait un autre élément constitutif de l’originalité de l’auteur : elle est en premier lieu l’expérience de deux dimensions, temporelle et ‘mondanéisante’, du texte. Ce sont des dimensions que l’écriture poétique déploie grâce à son tissu sonore et à son réseau d’images : la lecture ne peut donc pas se réduire à un déchiffrement, car elle touche l’être entier du lecteur (ses perceptions, ses souvenirs, etc.). Ces prémisses vont aboutir à l’analyse de la question du lieu, notion qui offre une synthèse efficace et, en même temps, la possibilité d’une rencontre de l’expérience sensible et de la dimension ontologique du poème. Rencontre qui se réalise justement dans ce paysage de l’être que l’écriture garellienne dessine. À travers les images, les rythmes, les évocations qu’elle peut déclencher, la poésie se transforme en une expérience qui nous met en question, grâce aussi à une parole qui, avant de dire, est.

  • Titre traduit

    Poetry as a landscape of being : jacques Garelli's philosophy of the poetic word


  • Résumé

    Jacques Garelli’s works rely on a chiasmus of philosophy and poetry that he realizes through a phenomenologic approach to the poetic (and generally literary) text. The poem’s linguistic resources (among which, the image – the centre of Garelli’s philosophy of poetry) can thus reconfigurate those processes that create the text and make its reading possible. Reading is another main aspect of the author’s originality : it is first of all an experience of the temporalization and of the worldhood that the text contains. Poetic writing unfolds these two dimensions through its weaving sounds and its imagery : reading is not, therefore, an act of decoding, since it involves the reader’s whole being (his perceptions, his memories, etc.). After these premises, the thesis analyses the question du lieu, which can be considered the synthesis of Garelli's issues. In addition, this notion offers the possibility that the sensible experience and the ontological dimension of the poem can converge on that ‘paysage de l’être’ drawn by Garelli’s writing. Poetry, thanks to its images, its rythms, and its suggestions, focuses on a word which is firstly a form of being rather than a form of language.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.