Stratégies des pays émergents en matière d'ouverture financière et de politique de change

par Véronique Salins

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Agnès Bénassy-Quéré.

Soutenue le 02-04-2010

à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Economie, organisations, société (Nanterre) .

Le président du jury était Valérie Mignon.

Le jury était composé de Agnès Bénassy-Quéré, Valérie Mignon, Jean-Pierre Laffargue, Philippe Martin, Michel Beine.

Les rapporteurs étaient Jean-Pierre Laffargue, Philippe Martin.


  • Résumé

    Cette thèse porte sur les choix que peut faire un pays émergent en matière d’ouverture financière et de politique de change. Le premier chapitre étudie l’impact de l’ouverture financière sur les inégalités internes dans les pays émergents. L’analyse s’appuie sur l’évolution de la distribution du revenu de onze pays émergents ayant tous mis en place des réformes de libéralisation financière entre 1980 et 2000, ainsi que sur des mesures agrégées d’inégalités pour 42 pays pour l’année 2001. Les résultats économétriques montrent que l’ouverture financière tend à favoriser le quintile le mieux loti de la population, au détriment de la classe moyenne, et que c’est l’investissement direct étranger et l’investissement bancaire plus que l’investissement de portefeuille qui sont à l’origine de cet effet. Cependant l’ouverture financière tend à réduire les inégalités de revenus entre villes et campagnes. Un deuxième chapitre s’intéresse aux déterminants institutionnels de l’allocation internationale des portefeuilles, à partir de données bilatérales d’investissements de portefeuille et de la base Profils Institutionnels, qui détaillent les caractéristiques institutionnelles de 51 pays. On montre qu’un certain nombre de variables institutionnelles ont effectivement un impact sur l’investissement de portefeuille, notamment celles qui sont liées aux libertés publiques, à la concurrence, l’information et la protection de la propriété intellectuelle dans les pays en développement. L’investissement dans les pays industrialisé est essentiellement sensible à l’information disponible, la concentration du capital et la concurrence. Dans le troisième chapitre on cherche, dans le cadre d’un modèle DSGE appliqué à une petite économie ouverte, à comparer les performances des régimes dits « extrêmes » à celle d’un régime intermédiaire visant à limiter la volatilité du taux de change nominal et de l’inflation. Lorsque qu’aucune rigidité ne pèse sur les salaires, nos résultats montrent qu’il n’est pas souhaitable de chercher à stabiliser le taux de change nominal. En revanche, lorsque la rigidité des salaires nominaux est prise en compte, on montre qu’un régime intermédiaire est préférable à un régime de changes flottants si l’économie est particulièrement touchée par des chocs de productivité et de taux d’intérêts étrangers, ce qui est en général le cas dans les pays émergents.

  • Titre traduit

    Emerging countries strategies in terms of financial openness and exchange rate policy


  • Résumé

    This thesis studies the strategies that an emerging country can pursue in terms of financial openness and exchange rate policy. A first chapter deals with the impact of financial openness on internal inequalities. It relies on the evolution of income distribution in eleven emerging countries which all have carried out financial liberalization reforms between 1980 and 2000, and on aggregate measures of inequalities for 42 countries in year 2001. Our empirical findings show that financial openness, and especially foreign direct investment and bank investment, tend to raise the income share of the wealthiest quintile of the population at the expense of the other quintiles. However financial openness also tends to reduce rural-urban inequalities.The second chapter explores the institutional determinants of international portfolio investment. We rely on bilateral portfolio investment data and on the Institutional Profiles database which details institutional features for 51 countries. We find that institutions matters independently of GDP per capita or capital controls. For developing countries, the most important institutional features to attract portfolio investments seem to relate to public liberties, competition, information, and intellectual property protection. For advanced economies, the prominent features relate to competition, information and capital concentration.In the third chapter, we use a DSGE model to compare the performance of both extreme regimes to an intermediate regime consisting in smoothing both nominal exchange-rate variations and CPI inflation, when a small economy is hit by several types of shocks. Without nominal wages rigidities our results are in line with the New-Keynesian literature arguing in favor of inflation targeting regimes. However, when nominal wage rigidities are taken into account, we find the intermediate regime to be desirable for an economy that is mainly hit by productivity and foreign-interest shocks, which is often the case in emerging and developing economies.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.