Impacts des approches géomatiques dans les organisations de l'archéologie

par Laurent Costa

Thèse de doctorat en Archéologie

Sous la direction de Anne-Marie Guimier-Sorbets.

Le président du jury était Roland Étienne.

Le jury était composé de Anne-Marie Guimier-Sorbets, Roland Étienne, Alain Bouju, François Djindjian.

Les rapporteurs étaient Roland Étienne, François Djindjian.


  • Résumé

    Ce travail traite de l’impact des systèmes d’information géographique (SIG) dans les organisations de la recherche archéologique. L’examen de projets puisés dans les différents contextes organisationnels de la recherche archéologique nationale (services archéologiques des collectivités territoriales, institut national de recherche archéologique préventive, ministère de la Culture, organismes de recherche et d’enseignement supérieur), nous a permis de dégager les singularités et les permanences des pratiques liées aux SIG. Cette approche est suivie par la mise en oeuvre et l’analyse de dix expérimentations réalisées avec les équipes archéologiques du service départemental d’archéologie du Val-d’Oise (SDAVO) et celles de l’UMR 7041 Archéologies et Sciences de l’Antiquité, qui nous ont permis de réfléchir sur les modalités du développement d’une base de données géographiques appliquée à la recherche archéologique.Cette double démarche montre qu’il est pertinent de questionner les méthodes et les techniques formelles de mise en œuvre des outils afin que soit pris d’avantage en compte la nature profonde des différents acteurs avec leurs rationalités et leurs perceptions. Elle met en exergue l’aspect stratégique des dispositifs de mutualisation et de partage des matériels, des données et des compétences.L’utilisation des SIG en archéologie doit se concevoir selon un double processus : intégration pour le développement de modèles de données permettant d’assimiler les spécificités organisationnelles et métiers de chacun ; généralisation par l’utilisation de standards dont la constitution est un des problèmes qui reste à résoudre.


  • Résumé

    This work deals with the impact of the geographical information systems (GIS) in the french institutions of archaeological research.The examination of projects drawn from various contexts (archaeological services of regions with a measure of autonomy, national institute of preventive archaeological research(INRAP), Ministry of Cultural Heritage, University and institute of researchs), allowed us to kick away the peculiarities and durabilities of the practices connected to GIS.This first approach is followed by the implementation and the analysis of ten experiments realized with the archaeological teams of the departmental service of archaeology of Val-d'Oise (SDAVO) and those of the UMR 7041 Archaeologies and Sciences of Antiquity, which allowed us to think about the modalities of the development of a geographical database applied to the archaeological research.This double initiative shows us that it is relevant to question the methods and the formal techniques of implementation of tools so that is taken into account favor the deep nature of the various actors with their rationalities and their perceptions. It highlights the strategic aspect of the devices of mutualization and sharing of the equipments, datas and skills.The use of the GIS in archaeology has to conceive according to a double process: integration for the development of models of data allowing to assimilate the organizational specificities and the professions by each; generalization by the use of standards which the constitution is one of problems which remains to resolve.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.