Contributions à l’analyse de la valorisation de la recherche : le cas de la France

par Mouna Chaari

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Jean-Michel Dalle.

Soutenue en 2010

à l'Université Paris-Dauphine .


  • Résumé

    Cette recherche propose une contribution à l’analyse de la valorisation de la recherche en France. Cette analyse s’est effectuée à travers 2 acteurs : les structures de transfert de technologies, dont la mission et de gérer et développer la valorisation de la recherche et les jeunes entreprises innovantes entretenant des liens avec la recherche. Dans ce cadre, l’apprentissage organisationnel des structures de transfert de technologies puis leur efficience ont été analysés. S’agissant des jeunes entreprises innovantes, l’impact de liens entretenus avec la recherche sur leurs indicateurs de croissance a été étudié. Puis un modèle de développement des startups créées par des chercheurs a été proposé, identifiant les facteurs critiques de leur trajectoire. L’apprentissage organisationnel des structures de transfert de technologies, a d’abord mobilisé une méthodologie qualitative inductive basée sur l’observation participante ainsi que l’analyse de 15 entretiens semi-directifs centrés. Puis une méthodologie quantitative a permis de confirmer une partie des résultats de la partie qualitative. L’analyse de leur efficience s’est fondée sur une méthode quantitative. Ensuite, L’analyse des startups académiques s’est basée sur une base de données de Jeunes Entreprises Innovantes situées en île de France constituée de 387 entreprises. Dans un premier temps des méthodes statistiques et économétriques ont été utilisées, pour analyser l’impact des liens entretenus avec la recherche sur les indicateurs de croissance des jeunes entreprises innovantes. Pour proposer un modèle de développement des startups créées par des chercheurs, une méthodologie qualitative a par la suite été mise en œuvre. Elle s’est fondée sur 14 entretiens semi-directifs centrés avec des créateurs de startups académiques ou des surrogate entrepreneurs et 8 entretiens avec des acteurs périphériques du processus de création. Les résultats relatifs au thème de l’apprentissage organisationnel des structures de transfert de technologies montrent une focalisation de leur apprentissage sur les routines et pratiques liées à l’évaluation technique et à la négociation des contrats de licences, au détriment des routines et pratiques de sensibilisation, de formation et de détection ; d’évaluation commerciale et de recherche de partenaires industriels. Ces résultats montrent en outre, l’impact de la connaissance externe sur leur apprentissage, à travers notemment la communauté de pratique Curie. Les résultats relatifs à l’analyse de leur efficience révèlent un fort degré d’inefficience parmi les structures de valorisation et la spécificité du modèle français relativement aux spill-overs industriels. Les résultats quantitatifs se rapportant aux jeunes entreprises innovantes révèlent quant à eux, deux types de liens significatifs pour les indicateurs de croissance des JEI du secteur des technologies de l’information et de la communication: le fait d’avoir été créé par un chercheur et la licence. L’analyse a fait ressortir en outre, l’impact de l’investissement public sur l’investissement du capital-risque. Enfin, L’analyse qualitative a permis de mettre à jour un modèle de développement des startups académiques fondé sur quatre phases non linéaires, qui a évolué de façon conjointe avec l’environnement

  • Titre traduit

    Contributions to the analysis of technology transfer : the French case


  • Résumé

    The aim of this study is to contribute to the analysis of technology transfer for the french case. This was done by studying technology transfer offices created to manage and develop technology transfer and start-up having links with research. Regarding technology transfer offices, we studied their organizational learning and their efficiency. For startups we focused on the impact of links with public research on their growth indicators. Then we have proposed a model of development of startups founded by academic researchers, identifying critical factors of their trajectories. We relied on inductive qualitative method to study organizational learning of technology transfer based on participant observation and 15 interviews, followed by a quantitative method. The analysis of their efficiency was based on quantitative method. Regarding startups having links with research we studied a database composed of 387 JEI, using statistical and econometric methodology. To propose model of development of startups founded by researchers we relied on qualitative method based on 14 interviews with academic founders or surrogate entrepreneurs and 8 interviews with peripheral actors involved in the process. We found that technology transfer focus their learning on routines and practices linked to technical evaluation and negociation of licence contract at the expense of routines and practices linked to awareness, training, detection; commercial evaluation and research of industrial partners. Our result showed also the impact of the communitie of practice Curie on their learning. Regarding their efficiency we found a high rate of inefficiency and the specificity of French model regarding industrial spillovers. Regarding startups linked to research our results highlighted 2 links having an impact on growth indicators of startups belonging to information technology and communication sector: founded by researchers and having a licence. We found also that public investment is linked to venture investment. Finally we proposed a development model based on 4 non lineary phases, wich has evolved jointly with the environment

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (370 p.)
  • Annexes : bibliogr. p. 333-351. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Dauphine (Paris). Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.