Rôle des banques étrangères dans les restructurations des industries bancaires des pays émergents : le cas des pays d’Europe Centrale et Orientale

par Krassimira Gecheva

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Joël Métais.

Soutenue en 2010

à l'Université Paris-Dauphine .


  • Résumé

    Les institutions bancaires étrangères, et en particulier les établissements financiers d’Europe Continentale, sont aujourd’hui le principal acteur sur les marchés bancaires de l’Europe de l’Est. Le développement fulgurant de leur activité sur ces marchés, et, plus important encore, leur choix de s’engager dans des activités et des segments de clientèle de plus en plus diversifiés, nous éloignent d’une vision traditionnelle des banques étrangères qui dépeint ces dernières comme des institutions de niche, limitant leur activité aux seuls métiers qui leur confèrent un avantage compétitif. Les économies européennes en transition sont ainsi devenues davantage un prolongement de leur marché d’origine qu’un marché véritablement étranger. Ce constat nous paraît imposer la nécessité de redéfinir, ou du moins de repenser, le rôle traditionnellement attribué aux banques étrangères. Dans cette thèse on s’est, ainsi, penché sur la place qu’occupent cette catégorie d’institutions bancaires au sein des petites économies émergentes que sont les pays européens en transition. Pour éclairer ce débat, on a tenté de confronter les hypothèses traditionnelles sur les motivations d’implantation et l’impact de la présence des banques étrangères aux réalités d’une Europe en transition marquée à la fois par son passé et par ces choix politiques récents. Cette étude nous a permis de souligner les bénéfices essentiels qu’ont tirés les économies en question de cette relation « privilégiée » avec les banques étrangères mais aussi les défis que cache le pilotage d’une industrie bancaire dominée par les opérateurs étrangers

  • Titre traduit

    Foreign banks and the development of an emerging banking industry : the case of Central and Eastern European transition economies


  • Résumé

    During the last fifteen years, foreign banks, especially European financial institutions, have become leaders in almost all East-European banking markets. Indeed, foreign capital controls today the majority of the banking sector assets in this part of the world and most foreign banks present there have a truly diversified activity. This situation hardly complies with a more traditional vision of foreign banks engaged only in a few activities (as those of investment banking) and with some types of clients (essentially international firms). As if today, international European banks consider Central and Eastern Europe more as an extension to their domestic markets than as a distinctly foreign market. This quite exceptional situation raises anew the question about the place and the impact of foreign investors on a domestic banking industry. We have therefore tried to test the relevance of traditional banking FDI analysis in the case of European transition economies, both concerning the determinants of banking FDI and its impact on host countries. Our research which takes into account the uniqueness of the East-European economies has emphasized the undeniable benefits of foreign banks’ presence there, but has also highlighted the potential challenge which an banking industry mostly financed by foreign capital might have to take up

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (263 p.)
  • Annexes : bibliogr. 357 ref. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Dauphine (Paris). Service commun de la documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.