Paradoxe et altérité dans le discours scolaire : obstacles et conditions de l'expérience culturelle à l'école ?

par Catherine Delarue-Breton

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Élisabeth Bautier.

Soutenue en 2010

à Paris 8 .


  • Résumé

    Depuis plus d’une trentaine d’années, différents travaux de sciences de l’éducation mettent en évidence le rôle de l’école dans la co-construction des inégalités scolaires, en lien avec les inégalités sociales. L’objet de cette thèse est de revisiter, dans une approche empruntant à la psychanalyse, la notion de co-construction des inégalités en termes d’expérience culturelle, et de construire un cadre théorique destiné à montrer à quelles conditions l’expérience scolaire est susceptible de s’apparenter – ou non – pour les élèves à une expérience culturelle, entendue au sens restreint d’expérience psychique reposant sur la rencontre paradoxale entre monde intérieur et monde extérieur. Prenant appui sur des travaux de sciences du langage, de sciences de l’éducation et de sociologie qui mettent en évidence aussi bien l’hétérogénéité du discours que l’hétérogénéité des situations auxquelles sont confrontés les élèves, nous avons cherché à identifier les différences susceptibles d’apparaître dans la production de significations au sein des dispositifs scolaires d’apprentissage : nous avons ainsi pu établir un lien entre la possibilité de l’expérience culturelle et la perspective qu’ouvrent l’identification et l’appropriation des enjeux d’apprentissage. L’analyse des différentes transcriptions de séances de classes qui constituent notre corpus nous a amenée à distinguer trois niveaux dans la production de significations : le niveau mondain, traduisant une absence de décollement de l’expérience du monde, le niveau formel, traduisant l’introjection dans la psyché de significations « toutes faites », et le niveau culturel, traduisant l’appropriation des objets d’apprentissage.

  • Titre traduit

    Paradox and otherness in school discourse


  • Résumé

    For more than 30 years, various researches on educational studies have been underscoring the role of school in the co-construction of school disparities, in connection with social inequalities. This thesis aims at re-examining, in an approach including psychoanalysis, the notion of co-construction of inequalities as far as cultural experience is concerned, and at building a theoretical framework that may show to what extent school experience is likely to be similar or not, for the pupils, to a cultural experience, in its restricted meaning of psychological experience which consists in the paradoxical conjunction of the inner and outer worlds. Using researches on sciences of the language, educational sciences and sociology which reveal the heterogeneity of speech as well as the heterogeneity of situations with which the pupils are confronted, we tried to identify the differences that may appear in the production of meanings within school structures of learning; we were then able to establish a link between the possibility of cultural experience and the perspective that create the identification and the appropriation of the stakes in learning. Analysing various transcriptions of school lessons which compose our corpus led us to distinguish three levels in the production of meanings: the worldly level conveying an absence of detachment towards experiencing the world, the formal level, showing the intro-jection in the psyche of ready-made meanings, and the cultural level showing the appropriation of the subject matters of learning.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (647 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 420-430

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2917
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.