Didactique de la langue des Signes Française, langue 1, dans les structures d'éducation en langue des signes : attitudes et stratégies pédagogiques de l'enseignement sourd

par Elise Leroy

Thèse de doctorat en Linguistique générale

Sous la direction de Christian Cuxac.

Soutenue en 2010

à Paris 8 .


  • Résumé

    L'enseignement collectif aux élèves sourds au moyen de la langue des signes est mis en place, pour la première fois, au milieu du XVIIIème siècle par l'Abbé de l'Epée. Puis un siècle après l'interdiction de la langue des signes (LS) dans le milieu éducatif suite au congrès de Milan en 1880, le mouvement associatif Deux Langues pour une Education reprendra le flambeau du bilinguisme LSF-français, créant des classes uniquement en LS au sein de structures publiques. Nous avons alors tenté de comprendre les enjeux d'une telle éducation pour l'élève sourd en balayant les différents types d'éducation bilingue en France, qu'il s'agisse de l'enseignement de langues internationales ou régionales. Nous nous sommes aussi interrogée sur les statuts ambigus, des classes où la langue d'enseignement est la LSF et des professionnels sourds, ambiguïté due à une double tutelle ministérielle toujours en vigueur. Suivant ensuite les principes de la théorie de l'iconicité (Cuxac, 2000), nous défendons la pertinence de la surdité dans le développement des langues des signes, engendrant de fait une pédagogie particulière pour l'enseignement de ces langues. Après avoir explicité nos choix méthodologiques d'enquête et d'analyse au coeur des classes en LS, notre étude révèle de fines et complexes stratégies linguistiques utilisant notamment le regard, le pointage et le toucher. La sémiologie particulière des langues des signes caractérise la pédagogie "alter-active" des séances d'enseignement de la LS. Dans une pédagogie où le sens se manifeste d'abord par l'oralité, la LS a ainsi toute sa place dans la pédagogie d'accès à l'écrit dans le cadre de l'éducation des enfants et adolescents sourds.

  • Titre traduit

    French sign language's didactic, as a first language (L1), in educative structures in sign language : Behaviors and educational strategies of death teacher


  • Résumé

    The collective teaching for deaf pupils by means of sign language was set up for the first time in the middle of the 18th century by a priest named “l’Abbé de l’Epée”. Then, one century after the sign language (SL) prohibition in the education system at the Milan Congress in 1880, the association Two Languages for one Education will take up the torch of LSF-French bilingualism by creating grades exclusively taught in SL. Therefore, we have tempted to understand the issues of such an education for the deaf pupil by sweeping up the different types of bilingual education in France, as well for international language teaching than for regional language teaching. We have also questioned ourselves about the ambiguous statuses of the grades where FSL is the teaching language and of the deaf professionals, an ambiguity due to a current double ministerial supervision. Furthermore, following the principles of the iconicity theory (Cuxac, 2000), we defend the relevance of the deafness in the development of sign languages, generating for this reason particular teaching skills for the instruction of these languages. After having clarified our methodological choices of survey and analysis at the center of SL grades, our study reveals subtle and complex linguistic strategies using notably direction of eyes, finger pointing and sense of touch. The particular semiology of sign languages characterizes the “alter-active” methods of the SL teaching sessions. In an education where the meaning is first expressed "orally" (in such a case by means of the visual gestural modality), the SL has then all its place in the writing access educational method within the context of the education of deaf children and deaf teenagers.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (429, 197 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 419-430

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2846
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.