Schrift und Zeitlichkeit im "Ursprung des deutschen Trauerspiels" Walter Benjamins und "Naissance de la clinique "Michel Foucaults als Formen der Erkenntnis und des Erlebens

par Michael Schmidt

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Jacques Poulain et de Gunter Gebauer.

Soutenue en 2010

à Paris 8 en cotutelle avec Freien Universität Berlin .


  • Résumé

    À travers la discussion entre les deux livres "Ursprung des deutschen Trauerspiels" de Walter Benjamin et "Naissance de la clinique" de Michel Foucault, le but de cette thèse consiste à essayer de pointer une sorte d'histoire de l'ambivalence et son rapport au savoir possible. La thèse contenue dans ce travail peut se formuler ainsi : Benjamin et Foucault accordent une position importante à l'écriture dans son aspect se rapportant au savoir. En fait la question directrice se pose ainsi : comment est-il possible, pour ces deux philosophes, de penser l'ambivalence? Comment et pourquoi s'approche-t-elle des intérêt et connaissance philosophiques ? Nous partons du principe selon lequel l'ambivalence contiendrait une revendication de vérité et qu'elle ne constituerait pas seulement une relativisation de celle-ci. La motivation de cette thèse réside dans l'intuition que le concept d'écriture employé par Benjamin et Foucault est caractérisé par des formes de l'ambivalence. Ainsi l'écriture peut être comprise comme une limite mobile non seulement dans la pensée de ces philosophes mais encore comme une expérience du monde. L'ambivalence exprime ainsi une expérience fondamentale de la modernité. L'écriture ambivalente fait l'effort de trouver des significations qui ne se laissent pas fixer dans un système. L'écriture met en question le discours établi. Elle peut être comprise comme une tournure politique et critique. Il nous a semblé que le texte de Bachelard sur l'intuition de l'instant, avec ses analyses sur "temps et écriture", peut servir de lien entre les conceptions de l'allégorie chez Benjamin et de la clinique chez Foucault, comme il nous a semblé que ces derniers questionnent implicitement le rapport entre écriture et temps.

  • Titre traduit

    Writing and temporality in "Ursprung des deutschen Trauerspiels" by Walter Benjamin and "Naissance de la clinique" by Michel Foucault as manners of cognition and experience


  • Résumé

    Through the discussion of the two texts: "The Origin of German Tragic Drama" by Walter Benjamin and "Birth of the Clinic" by Michel Foucault, the aim of this thesis consists in trying to point out a kind of history of ambivalence and to understand its rapport with possible knowledge. The thesis contained in this work can be formulated as follows: Benjamin and Foucault grant an important position to writing in its aspect to knowledge. In fact the direct question arises as follows : how is it possible for these two philosophers to think the ambivalence? How and why has it an interest to philosophical knowledge? We act on the assumption that ambivalence contains a postulation for truth and that it is not only a relativization of the latter. The motivation of this thesis resides in the intuition that the concept of writing employed by Benjamin and Foucault is characterized by ambivalence. Thus the writing can be understood not only like a mobile limitation of thought for these philosophers, but as an experience of the world. Ambivalence thus expresses a fundamental experience of modernity. Ambivalent writing makes the effort to find significations which cannot be fixed in a system. The writing challenges the established discourse. It can be understood as a political and critical turning point. It appeared to us, that the text Intuition of the moment by Gaston Bachelard, and its analysis about ‘time and writing’ can serve as a link between the conception of Benjamin’s allegory and the Clinic of Foucault. It seemed to us that in a similar manner the two implicitly question the relationship between writing and time.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2011 par Königshausen & Neumann à Würzburg

Schrift und Zeitlichkeit im Ursprung des deutschen Trauerspiels Walter Benjamins und Naissance de la clinique Michel Foucaults als Formen der Erkenntnis und des Erlebens


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (207 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 203-207

Où se trouve cette thèse ?