Immuno-modulation de la maladie du greffon contre l'hôte par l'utilisation des lymphocytes TCD4+ CD25+régulateurs : physiopathologie et influence sur la reconstitution immunitaire

par Aline Gaidot

Thèse de doctorat en Biologie des cellules sanguines

Sous la direction de José Cohen et de Eliane Piaggio.

Soutenue en 2010

à Paris 7 .

  • Titre traduit

    Immunomodulation of graft versus host disease using cd4plus cd25plus regulatory t cells : physiopathology and influence on the immune reconstitution


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Au cours d'une greffe de cellules souches hématopoïétiques allogéniques, le greffon contient des lymphocytes T (LyT) qui exercent des effets bénéfiques mais peuvent aussi induire la maladie du greffon contre l'hôte (GVH). Le traitement de la GVH repose sur un régime immunosuppresseur immunologiquement non spécifique et partiellement efficace. Le laboratoire s'est intéressé aux LyT régulateurs (Treg) et a développé des Treg spécifiques du receveur (rsTreg) qui contrôlent la GVH tout en favorisant la reconstitution immunitaire. Dans ces modèles, les souris ayant un thymus fonctionnel, la reconstitution immunitaire observée peut dériver de la thymopoïèse ou de la prolifération périphérique des LyT du donneur présents dans le greffon. Chez l'Homme adulte, du fait de l'involution thymique, la reconstitution immunitaire repose principalement sur la prolifération périphérique des LyT du donneur, dans les premiers temps qui suivent la greffe. La fonctionnalité de ces LyT du donneur est donc essentielle à la survie des patients. Avant toute utilisation clinique des rsTreg, il était donc important de déterminer leur impact sur les LyT du donneur. Nous avons utilisé un modèle de GVH contrôlé par les rsTreg, dans lequel les LyT du donneur sont la seule source de reconstitution T et nous avons montré que chez les souris protégées de la GVH par les rsTreg, la reconstitution immunitaire dérivée des LyT du donneur reste limitée en nombre mais fonctiohnelle. Les LyT sont, en effet, capables de répondre à des antigènes viraux ou des alloantigènes. Ces résultats suggèrent que les rsTreg peuvent être considérés comme une option thérapeutique sûre pour le traitement de la GVH.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (186 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 362 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TS (2010) 132
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.