L' "objet brûlant" : psychose et témoignage

par Kristina Valendinova

Thèse de doctorat en Psychopathologie et psychanalyse

Sous la direction de Alain Vanier et de Teresa De Laurentis.


  • Résumé

    Notre travail de thèse cherche à poser la question du témoignage et ses limites dans la psychose en s'appuyant sur la théorie psychanalytique. Nous soutenons que le témoignage représente une modalité spécifique du discours, où le sujet témoigne principalement d'une expérience de sa propre division, qui n'est pas vécue de la même façon dans la névrose et dans la psychose. Le travail est guidé par deux questions : premièrement, notre compréhension de la pratique du témoignage va-t-elle changer, une fois que nous accordons le statut de témoin aux textess des patients psychotiques ? Deuxièmement, le problème du témoignage peut-il nous aider à élucider les rapports entre la névrose et la psychose dans l'oeuvre de Freud et de Lacan ? Nous suivons d'abord l'évolution de la pensée de Freud à propos des psychoses. Le troisième et quatrième chapitre se penche sur le livre de Schreber, Mémoires d'un névropathe (1910), ainsi que sur sa lecture par Freud et Lacan. Le premier voit la maladie de Schreber comme une conséquence d'un "complexe paternel", qui est un reste d'une position infantile vis-à-vis du père. En revanche, la lecture que fait Lacan de Schreber dans le Séminaire III traite les symptômes psychotiques en tant que conséquences d'une défaillance de l'ancrage du sujet dans le réseau de langage. Le dernier chapitre est consacré à l'écrivain italien Primo Levi, dont les textes interrogent à plusieurs reprises la question du témoignage. Ici nous posons la question du sujet du témoignage et de la singularité du témoignage dans la psychose sur le plan de son objet et son adresse.

  • Titre traduit

    L' "objet brûlant" : psychosis and testimony


  • Résumé

    This dissertation asks the question of the nature of testimony and of psychosis as its limit, through the conceptual framework of psychoanalytic theory. I argue that as a modality of discourse, in testimony one testifies primarily to one's confrontation with one's own division vis-à-vis the trauma of the real, a division which in psychosis cannot be subjectivized. This work asks, firstly, what happens to our understanding of testimony if we extend its scope to psychosis (paranoia in particular) and secondly, if and how can the notion of testimony elucidate the nature of the relationship between neurosis and psychosis in both Freud's and Lacan's work. After following the evolution of Freud's concept of paranoia and Lacan's first theory of psychosis in Seminar III, I show, through a reading of Daniel Paul Schreber's Memoirs of My Nervous Illness and Primo Levi's If This Is A Man and The Drowned And the Saved, that Freud's notion of the historical truth enables us to examine the affinities between, on the one hand, a testimony such as Levi's, which in its elaboration necessarily invokes the dimension of infantile trauma and, on the other hand, the paranoiac's delusion. In its own way, the latter too functions as a testimony to the psychotic's encounter with the real, as well as an effort to sustain the truth of this encounter in a discourse recognizable by the other.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (371 f.)
  • Annexes : 179 réf.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2010) 108

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.