Les jeux de ficelle : une activité mathématique ?

par Eric Vandendriessche

Thèse de doctorat en Épistémologie et histoire des sciences

Sous la direction de Karine Chemla et de Sophie Desrosiers.

Soutenue en 2010

à Paris 7 .

  • Titre traduit

    String figures as mathematics?


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    = String figures as mathematics?


  • Résumé

    Lorsque des activités ne sont pas identifiées comme relevant des mathématiques par ceux qui les pratiquent, comment reconnaît-on qu'elles appartiennent au champ de cette discipline ? Telle est la question qui oriente cette thèse. L'activité procédurale dénommée «jeux de ficelle » se présente sous la même forme dans de nombreuses communautés de tradition orale. Pour la pratiquer, il suffit de disposer d'un fil d'un à deux mètres de long, puis de nouer ses deux extrémités pour en faire une boucle : il s'agit alors d'effectuer sur cette boucle de ficelle, avec les doigts, les dents ou les pieds, une succession de gestes qui s'achève sur une figure finale montrée à autrui. Différents modes de conceptualisation de l'objet «jeu de ficelle » sont présentés dans cette thèse. A l'aide de ces outils conceptuels, l'analyse de certaines sources (travaux de mathématiciens, publications ethnographiques et données d'un travail de terrain réalisé par Fauteur dans le Chaco paraguayen et les îles Trobriand de Papouasie Nouvelle Guinée) met en évidence une forme de rationalité qui se manifeste dans cette activité. La création des jeux de ficelle provient d'un travail intellectuel autour des concepts de « procédure », d' « opération », de « sous-procédure », de « transformation » et d'« itération ». Ce travail a consisté en l'élaboration d'algorithmes résultant d'investigations sur des configurations spatiales d'une grande complexité. De ce point de vue, l'objet «jeu de ficelle » apparaît bien comme le produit d'une activité mathématique.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (587 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 130 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2010) 062

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 12559
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.