Adverbes en chinois et en français : une étude contrastive

par Jian Zhang

Thèse de doctorat en Linguistique théorique, descriptive et automatique

Sous la direction de Marie-Claude Paris.

Soutenue en 2010

à Paris 7 .


  • Résumé

    Nous étudions les adverbes morphologiquement marqués par le suffixe -ment en français et leurs équivalents en chinois. Grâce au suffixe -ment, les adverbes français sont facilement identifiables en termes de partie du discours, mais au sein même de l'ensemble de cette classe, leur comportement syntaxique et sémantique varie. Selon leur portée, ils sont subdivisés en « adverbes de phrase » et en « adverbes de constituant ». Comme leur dénomination l'indique, les adverbes de phrase s'associent à l'énoncé tout entier ; en revanche, les adverbes de constituant se rapportent seulement à un/des constituant(s) de l'énoncé. Deux tests syntaxiques permettent d'identifier leur statut: la négation et la construction clivée. Ensuite, les adverbes de phrase et les adverbes de constituant sont subdivisés selon leurs sens. En se fondant sur la classification des adverbes français, on étudie les équivalents chinois de chaque sous-classe d'adverbes français. En tant que langue isolante, le chinois a une morphologie relativement pauvre. Le suffixe -ment n'a pas de forme correspondante homogène en chinois : ses équivalents chinois peuvent se présenter entre autres sous forme d'adverbe ou de locution adverbiale. Tout comme en français, en chinois, la négation et la construction clivée servent aussi de tests syntaxiques pour opposer les adverbiaux de phrase aux adverbiaux de constituant. Mais les critères syntaxiques du français ne peuvent être utilisés directement. C'est pourquoi on en propose de nouveaux, comme la question en shi-bu-shi "être-Nég. -être". A l'issue de l'analyse, le classement des équivalents chinois des adverbes français en -ment est établi.


  • Résumé

    This thesis studies French adverbs that are morphologically marked with a -ment suffix and of their Chinese equivalents. Due to the suffix -ment, French adverbs are easily identifiable in terms of parts of speech, but within this whole class, subclasses based on their syntactic and semantic differences are posited. According to their scope, adverbs are classically subdivided into « sentential adverbs » and « constituent adverbs ». As hinted by their denomination, phrase adverbs are associated with the whole sentence; whereas constituent adverbs are only related to one or several constituents. Two syntactic tests are used to pinpoint their difference: negation and clefting. Then sentential adverbs and constituents are subclassified adverbs according to their meaning differences. Based on the classification of French adverbs, I study the Chinese equivalents of each subclass of French adverbs. As an isolating language, Chinese has a scanty morphology. The French suffix -ment doesn't have a homogeneous corresponding form in Chinese: the Chinese equivalents of the French adverbs cans be adverbs or adverbial phrases. As in French, negation and clefting also function as syntactic tests to oppose phrase adverbs and constituent adverbs. But the syntactic criterions in French cannot be used directly in Chinese. That's why I propose new tests, such as the compatibility with the question shi-bu-shi "be-Neg. -be". Our analysis finally leads to establish a classification of Chinese equivalents to the French adverbs -ment.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (310 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 181 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2010) 028

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 12198
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.