Les "hermaphrodites", des phénomènes au carrefour des savoirs et des conceptions scientifiques et philosophiques : une étude sur l'"objectivation" scientifique et médicale des hermaphrodites de la Renaissance au début du XVIIe siècle

par Sophie Duong

Thèse de doctorat en Epistémologie, histoire des sciences et techniques

Sous la direction de Michel Morange.

Soutenue en 2010

à Paris 7 .


  • Résumé

    Ce travail a pour objectif de proposer une histoire conceptuelle de l’hermaphrodisme pendant le 16e et le début du 17e siècles à travers l'étude des concepts scientifiques et philosophiques liés à l'existence des hermaphrodites humains en relation avec l'évolution conceptuelle de l'idée/la notion de « monstres », de la génération, de la différenciation des sexes et de l'organisation des organes sexuels. D'une part, cette étude propose de montrer que, au cours de la Renaissance en Europe (Allemagne, Italie, Espagne, France), l'héritage antique et médiéval des savoirs et des conceptions liés aux hermaphrodites et aux monstres a été l'objet des interrogations et des recherches des savants et a été renouvelé et à travers la redécouverte de l'anatomie notamment pour les hermaphrodites. D'autre part, son objectif est de démontrer qu'une impulsion, elle-même renouvelée, a cherché à rétablir les hermaphrodites et les monstres dans le seul domaine de sciences naturelles, les excluant du domaine de la divination, à partir de la deuxième moitié du 16e siècle, voire à ne regarder les hermaphrodites que comme des êtres humains présentant une anomalie certes, mais une anomalie mineure qui pose néanmoins la question de l'appartenance à l'un ou l'autre genre. Loin de proposer une histoire conceptuelle linéaire et considérant les possibles influences de ces concepts sur les conditions et le statut social des hermaphrodites, cette étude met en exergue deux « traditions » dans l'interprétation et la présentation des hermaphrodites, coexistant durant le 16e siècle et soulevant des questions encore débattues aux siècles suivants, comme l'existence de l'hermaphrodite « parfait ».

  • Titre traduit

    The "Hermaphrodites », phenomenons at a crossroads of the scientific and philosophical scholarships and conceptions : a study on the scientific and medical « objectivation » of hermaphrodites from the Renaissance to the early seventeenth century


  • Résumé

    This work aims to propose a conceptual history of hermaphrodism during the 16th and the early 17th centuries, through the study of the scientific and philosophical concepts linked to the existence of human hermaphrodites, in the conceptual evolution of the idea/the notion of « monsters », of generation, of differentiation of sexes and of the organization of genitalia. On the one hand, this study intends to show that during the Renaissance in Europe (Germany, Italy, Spain, France), the ancient and medieval heritage of scholarships and conceptions linked to hermaphrodites and monsters was the subject of scholars' questions and research and was renewed and enriched through the re-discovery of anatomy, in particular for hermaphrodites. On the other hand, its purpose is to demonstrate that an impulse, itself renewed, tried to restore hermaphrodites and monsters only In the domain of natural sciences, excluding them from the domain of divination from the second-naïf of the 16th century onwards, or even attempted to consider hermaphrodites only as human beings certainly presenting an anomaly, but a minor anomaly which nevertheless calls into question one's belonging to one or the other gender. Far from proposing a linear conceptual history, but considering the possible influences of these concepts on the conditions and social status of hermaphrodites, this study highlights two « traditions >; in the interpretation and presentation of hermaphrodites, which coexisted during the 16th century and raised questions still debated during the next centuries, such as the existence of the « perfect » hermaphrodite.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (350 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 190 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2010) 025

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 12165
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.