Les noirs des geôles : la répression pénale des esclaves à l'Ile Bourbon, entre puissance publique et pouvoir despotique des maîtres 1815-1848

par Bruno Maillard

Thèse de doctorat en Histoire et civilisations

Sous la direction de Florence Gauthier.

Soutenue en 2010

à Paris 7 .


  • Résumé

    Entre 1815 et 1848, les esclaves reconnus coupables d'une infraction à l'Ile Bourbon ont été presque exclusivement condamnés à des formes spécifiques de « privation de liberté ». Pourquoi une telle métamorphose du système pénal, centré encore aux XVIIe et XVIIIe siècles sur le fouet, les mutilations ou la mort ? Au premier abord, le phénomène résulte des stratégies élaborées par la puissance publique, incarnée à Paris par le ministère de la Marine et dans la colonie par le gouverneur et son administration, qui vise à assimiler la justice répressive exercée à l'Ile Bourbon à celle qui est consacrée en métropole et de surcroît à réduire les prérogatives judiciaires déléguées aux maîtres sur les habitations. Ces derniers, qui profitent de leur représentation au sein d'institutions nationale et locale, à l'instar de la délégation des colonies et du conseil colonial, usent cependant de diverses tactiques pour imposer leur conception de la politique pénale et pénitentiaire. Quant aux « noirs » des geôles, dont le statut oscille entre celui d'objet et de sujet de droit, ils développent différentes formes de résistances contre cette nouvelle structure d'oppression propre à la société coloniale esclavagiste. C'est manifestement aux croisées de ces stratégies, de ces tactiques et de ces résistances, impulsées par les « acteurs » de cette histoire, que se dessinent les choix, les mécanismes et les enjeux, masqués ou non, de cette répression pénale.

  • Titre traduit

    The black in jail : the penal repression of the Ile Bourbon slaves between public authority and slaveholders' despotic power 1815-1848


  • Résumé

    Between 1815 and 1848, on the Ile Bourbon, slaves who were found guilty of an offense were almost exclusively sentenced to one or another specific form of imprisonment. Why should such a metamorphosis of the penal System occur when, during the XVIIh and XVIIIth centuries, it was still centred on whipping, mutilation or death? This phenomenon was first of all induced by the strategies designed by public authority, then represented by the Ministry of Navy in Paris and by the governor's administration in the colony, that aimed both at assimilating the repressive legal System practiced on the ile Bourbon with the one established in the Metropole and at curbing the judicial prerogatives exercised by slaveholders on their lands. The latter, however, taking advantage of their being represented in local and national institutions, such as the delegation for the colonies or the colonial council, devised several schemes to lay down their vision of penitential and penal law. As for the "black" in jail, whose status wavered between object and juridical person, they came up with various forms of resistance to this new oppressive structure peculiar to the colonial slave society. At the crossroads of all of these strategies, tactics and acts of resistance triggered off by the protagonists of this page in history, there apparently materialises the choices, mechanisms and what is at stake, whether openly or indirectly, in this penal repression.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (1080 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Réf. p. 53- 205

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2010) 004

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11838
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.