Phylogeny and diversity of symbionts from whale fall invertebrates

par Caroline Verna

Thèse de doctorat en Diversité du vivant

Sous la direction de Françoise Gaill et de Nicole Dubilier.

Soutenue en 2010

à Paris 6 en cotutelle avec l'Universität Bremen .

  • Titre traduit

    Phylogénie et diversité des symbionts d'invertébrés des chutes de carcasses de baleines


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Après leur mort, l’ultime chute des baleines sur les fonds océaniques, crée des oasis éphémères. Ces carcasses attirent une faune diversifiée et abondante dont un nouveau type de symbiose entre des bactéries hétérotrophes et le siboglinidé Osedax. Les Osedax sont des annélides dont la partie postérieure prend la forme d’un tissu ramifié infiltrant les os. Les symbiontes y sont présents et aident potentiellement leur hôte dans la dégradation de molécules complexes présentes dans les os. Cette thèse comprend trois parties. La première partie est une synthèse sur l’écologie et l’évolution des Siboglinidae. La seconde partie présente les symbiontes d’Osedax mucofloris qui sont encore plus diversifiés que ceux des autres Osedax, avec la présence de huit clades distincts de symbiontes. Un de ces clades domine la communauté bactérienne associée à O. Mucofloris, et un clade seulement domine au sein de chaque individu. Lorsqu’ils coexistent, les clades de symbiontes sont spatialement restreints dans des zones différentes du tissu ramifié. Des analyses statistiques multivariées montrent que la population des symbiontes est significativement structurée au niveau de chaque individu, qui a donc sa propre population de symbiontes. De plus, cette étude suggère que l’acquisition des symbiontes est environnementale. La troisième partie décrit les bactéries associées à un autre polychète de la famille Ctenodrilidae, Raricirrus beryli. Parmi les bactéries présentes sur la surface du ver, certaines forment un groupe monophylétique avec des symbiontes de moules de la sous-famille Bathymodiolinae. Cette étude est la première à montrer que ces bactéries peuvent s’associer avec un polychète.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (184 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 162-178. 156 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T Paris 6 2010 698
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.