Etude du rôle joué par le réseau cristallin dans le couplage magnéto-électrique des matériaux multiferroïques

par Renaud Schleck

Thèse de doctorat en Physique de la matière condensée

Sous la direction de Ricardo Lobo.

Soutenue en 2010

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    ˜The œrole played by the crystal lattice in the magneto-electric coupling of multiferroic materials


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Nous avons étudié par spectroscopie infrarouge du couplage magnéto-électrique de matériaux multiferroïques. Nous avons commencé par mesurer la dépendance en température du spectre de phonons infrarouges du composé antiferromagnétique MnF2 et nous avons montré que les fréquences des phonons sont sensiblement modifiées par la transition magnétique. Nous avons ensuite mesuré le spectre de phonons de TbMnO3 et MnWO4, deux matériaux multiferroïques. Ces matériaux ont des comportements très différents. D’un côté le spectre de phonons de TbMnO3 subit une renormalisation à la transition antiferromagnétique similaire à celle observée dans MnF2. On observe également un effet de la transition ferroélectrique sur un phonon polarisé dans la direction de la polarisation spontanée, indiquant un lien entre les déplacements atomiques et la ferroélectricité. Les phonons de MnWO4, ne présente aucun changement aux transitions de phases magnétiques et ferroélectriques, appuyant l’hypothèse d’une ferroélectricité d’origine purement électronique dans ce matériau. Nous avons également étudié les excitations magnétiques de ces matériaux. Dans le cas de MnF2, des mesures de transmission infrarouge montrent une absorption due à l’activité dipolaire électrique d’un double magnon de bord de zone. Dans TbMnO3, nous avons mesuré l’absorption due à l’électromagnon le plus intense et nous avons montré que la totalité de son poids spectral vient de deux phonons polarisés dans la direction a. L’absence d’électromagnon dans le spectre d’absorption de MnWO4 semble indiquer que l’existence d’électromagnons nécessite un fort couplage entre les phonons et l’ordre magnétique

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (141 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 121-127. 107 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T Paris 6 2010 665
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.