Contrôle du recyclage des nutriments par les organismes vivants : conséquences sur le fonctionnement des écosystèmes et perspectives évolutives

par Simon Boudsocq

Thèse de doctorat en Écologie

Sous la direction de Sébastien Barot et de Luc Abbadie.

Soutenue en 2010

à Paris 6 .


  • Résumé

    La productivité primaire des écosystèmes est généralement limitée par la disponibilité de certains nutriments. En conséquence, l’efficacité du recyclage de ces derniers peut jouer un rôle critique sur les propriétés des écosystèmes. Ainsi, par leur capacité à modifier le recyclage des nutriments (par leur présence et leurs activités), certains organismes pourraient affecter les propriétés des écosystèmes et les relations qu’ils entretiennent avec les autres organismes. L’évolution des traits leur permettant d’influencer le recyclage des nutriments pourrait alors avoir de fortes répercussions sur le fonctionnement des écosystèmes. La conception et l’analyse d’un modèle mathématique simple et général de recyclage des nutriments, dans lequel les plantes peuvent, /via/ l’inhibition la nitrification, contrôler le recyclage de l’azote, ont permis de déterminer les conditions écologiques sous lesquelles ce mécanisme biologique entraîne l’augmentation de la productivité végétale et de la conservation des nutriments dans un écosystème. Un second modèle a été réalisé pour évaluer les conséquences que peuvent avoir la préférence des plantes pour l’ammonium et le nitrate sur les propriétés des écosystèmes. En fonction des différents paramètres environnementaux d’un milieu, l’analyse du modèle montre qu’il existe potentiellement une affinité qui optimise à la fois la productivité végétale et la conservation des nutriments au sein des écosystèmes limités en azote. De plus, la préférence des plantes pour les deux formes d’azote minéral, en interaction avec leur capacité à contrôler la nitrification, modulerait la capacité d’invasion des espèces et la coexistence entre espèces. Le troisième chapitre analyse les effets de l’évolution de la capacité des plantes à absorber les nutriments du sol sur les propriétés des écosystèmes. L’existence chez les plantes d’un trade-off entre ce trait et leur mortalité aboutit à différents scenarii d’adaptation pouvant être reliés à certaines théories classiques de l’écologie.

  • Titre traduit

    Control of nutrient cycling by living organisms : consequences on ecosystem functioning and evolutionnary perspectives


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (218 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 163-179

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Sciences de la Terre Recherche - cartothèque - CADIST.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T PARIS6 2010 617
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.