Positional control of oligodendrocyte development : Role of hox homeoproteins and Tag-1 cell adhesion molecule

par Andrés Miguez

Thèse de doctorat en Neurosciences

Sous la direction de Jean-Léon Thomas.

Soutenue en 2010

à Paris 6 .

  • Titre traduit

    Contrôle positionnel du développement oligodendrocytaire : rôle des homeoprotéines Hox et de la molécule d'adhésion


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les oligodendrocytes sont les cellules myélinisantes du système nerveux central. La gaine de myéline ainsi que l’oligodendrocyte qui la synthétise, sont les cibles du processus pathologique dans la Sclérose En Plaques (SEP), une maladie neurologique autoimmune et démyélinisante du système nerveux central. Les progrès thérapeutiques des 10-15 dernières années ont permis une meilleure prise en charge de la composante autoimmune de la maladie. En revanche nous sommes toujours aussi démuni pour corriger la composante démyélinisante, qui pourtant est la cause du handicap sensori-moteur permanent. Dans le but de mettre en place des thérapies de réparation myélinique chez les patients atteints de SEP, des efforts sont développés pour identifier des cibles thérapeutiques qui permettraient de contrôler la production et la dispersion des cellules précurseurs d’oligodendrocytes (OPCs) dans la moelle épinière et le cerveau. Le développement embryonnaire et néonatal constitue une période privilégiée pour examiner ces phénomènes. Dans ce contexte, mon travail de thèse a porté sur l’identification de nouvelles molécules contrôlant la spécification régionale et la migration des OPCs ainsi que leur interaction avec les axones dans le système nerveux central en développement chez la souris. Une première contribution, portant sur l’étude de la molécule d’adhésion TAG-1, m’a permis de montrer que TAG-1 régule la structure de la myéline et des axones dans le nerf optique de souris. Dans un deuxième temps, j’ai exploré l’origine des oligodendrocytes dans le tronc cérébral de souris, et mon travail m’a permis de montrer que le facteur de transcription Hoxa2 réprime l’oligodendrogenèse.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (150 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 125-140. 225 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T Paris 6 2010 309
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.