Stratégies anti-vieillissement chez un primate non-humain : adaptation à la restriction calorique chronique ou à un mimétique potentiel, le resvératrol, et effets sur le vieillissement

par Alexandre Dal-Pan

Thèse de doctorat en Neurosciences

Sous la direction de Fabienne Aujard.

Soutenue en 2010

à Paris 5 .


  • Résumé

    Le resvératrol (RSV), un polyphénol naturel, mimerait les effets bénéfiques apportés par une restriction calorique (RC) modérée en induisant des réponses adaptatives rapides et en ralentissant le déclin lié à l’âge des fonctions de l’organisme. Cette hypothèse a été testéechez un primate, le Microcèbe (Microcebus murinus) chez lequel des marqueurs biologiques du vieillissement ont été validés. Des animaux adultes ont été soumis dès l’âge de 3 ans et jusqu’à la fin de leur vie (8-10 ans) soit à une RC modérée chronique (-30%), soit à une supplémentation alimentaire en RSV (200 mg. Kg-1. Jour-1), et comparés à un groupe contrôlenourri ad libitum. L’adaptation à la RC, caractérisée par une balance énergétique maintenue proche de celle des contrôles, a impliqué une forte modulation des phases d’hypothermie journalière, surtout pendant la saison hivernale. A l’inverse de la RC, le RSV a augmenté les dépenses énergétiques et réduit la prise alimentaire. Un effet bénéfique du RSV sur la resynchronisation du rythme d’activité locomotrice sur la lumière a également été observé. A long terme, les deux traitements ont permis le maintien des variations saisonnières des principaux paramètres biologiques étudiés (composition corporelle, dépenses énergétiques, hormones) et de ralentir le déclin de plusieurs marqueurs du vieillissement observé chez les animaux témoins, tels qu’une amélioration des processus de mémorisation et un maintien des capacités motrices. L’adaptation aux traitements sur le long terme et la mise en évidence de premiers effets « anti-âge » similaires entre les deux traitements confirment la potentielle utilisation du RSV en tant que mimétique de la RC. Les résultats de cette étude montrent pour la première fois les effets bénéfiques du RSV chez un primate non-humain.

  • Titre traduit

    Anti-aging strategies in a non-human primate: adaptation to chronic caloric restriction or to a potential mimetic, the resveratrol, and effects on aging


  • Résumé

    Resveratrol (RSV), a natural polyphenol, should mimic benefits provided by a chronic moderate caloric restriction (CR) by inducing quick adaptive responses and slowing agerelated decline of biological functions. This hypothesis was tested in a primate, the grey mouse lemur (Microcebus murinus), in which biomarkers of aging have been validated. Adult animals were subjected to a chronic moderate CR (-30%) or dietary supplementation with RSV (200 mg. Kg-1. Day-1) from 3 years of age and until the end of their life (8-10 years), and compared to a control group fed ad libitum. Adaptation to CR, characterized by an energy balance maintained close to that of controls, involved a strong modulation of daily hypothermia phase, especially during thewinter season. Unlike CR, RSV increased energy expenditure and reduced food intake. A beneficial effect of RSV on resynchronisation of locomotor activity rhythm on lights on was also observed. In the long term, seasonal variations of the main biological parameters analysed (body composition, energy expenditure, hormonal level) were maintained for both treatments and the decline of several markers of aging observed in control animals (improved memory processes and maintenance of motor skills) was delayed. Adaptation to long-term treatment and the identification of first anti-aging effects similar between both treatments confirm the potential use of RSV as a CR mimetic. The results of this study show for the first time the beneficial effects of RSV in a non-human primate.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (323 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie 295-316 p.

Où se trouve cette thèse ?