Observational learning of new manual skills in the first two years of life

par Rana Esseily

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Jacqueline Fagard.

Soutenue en 2010

à l'Université Paris Descartes .

  • Titre traduit

    Apprentissage par observation de nouvelles habiletés manuelles au cours des deux premières années de la vie


  • Résumé

    Depuis les premières études de Meltzoff à la fin des années 70, l'imitation a fait l'objet d'un très grand nombre d'études destinées à évaluer l'âge auquel les bébés commencent à imiter des actions simples après observation. Cependant, peu d'études se sont intéressées au rôle de l'observation d'un modèle dans le développement du répertoire moteur. Dans ce travail de thèse nous avons cherché à savoir à quel âge et dans quelles conditions de démonstration les bébés commencent à apprendre par observation de nouvelles habiletés manuelles. Dans une première étude, nous avons testé des bébés âgés entre 8 et 18 mois sur une tâche manuelle nouvelle de prise d'objet. Les résultats ont montré que l'apprentissage par observation était possible dès l'âge de 10 mois, mais que ces capacités augmentent avec l'âge et deviennent significativement fonctionnelles dans la deuxième année de vie. Si l'apprentissage par observation est un moyen efficace de développer le répertoire moteur, il est probable qu'il a joué un rôle dans l'évolution de la cognition. Il est par conséquent intéressant d'examiner l'apprentissage par observation chez les primates non humains. Nous avons comparé les performances d'apprentissage par observation des bébés avec celles de trois macaques sur les mêmes tâches de prise d'objets et en utilisant le même protocole expérimental. Alors que les bébés ont appris par imitation à faire des tâches complexes comme l'utilisation de l'outil par exemple, nous avons observé très peu d'apprentissage par observation chez les macaques et seulement dans le cas de tâches très simples. Les résultats sont concordants avec plusieurs études qui montrent que les primates non humains et en particulier les singes, malgré de très bonnes capacités de manipulation, sont de très mauvais imitateurs. Cependant, alors que l'apprentissage de tâches complexes n'était pas possible par observation d'un adulte humain, une observation nous a amené à faire l'hypothèse qu'un modèle congénère améliorerait les capacités d'apprentissage par observation. Nous avons donc examiné l'influence du contexte social sur les capacités d'apprentissage par imitation chez des enfants humains âgés de 10 mois sur une tâche de manipulation d'objet connue pour être spontanément réussie vers 11 mois. Nous avons testé l'influence du statut du modèle qui démontre l'action ainsi que des indices de communication fournis par celui là. Nous avons enregistré le regard des enfants dans toutes les expériences à l'aide d'un système d'analyse du regard (tobii) pour voir dans quelle mesure la capacité d'apprendre par observation se reflète dans la stratégie de regard sur le modèle. Nous avons d'abord comparé les performances d'apprentissage par imitation des bébés lorsqu'un adulte ou un bébé du même âge démontrait l'action. Dans les expériences suivantes nous avons cherché à tester l'importance du contexte social en variant la quantité d'indices sociaux fournis : dans une condition, le modèle est un adulte dont seules les mains sont visibles ; dans une autre le modèle est un adulte entièrement visible et qui leur adresse la parole avant d'effectuer la démonstration. Enfin, dans une dernière expérience, nous avons présenté aux bébés un modèle réel démontrant l'action. Les résultats montrent que les bébés de 10 mois apprennent par imitation de la même façon d'un modèle bébé que d'un modèle adulte, et d'un modèle vidée que d'un modèle réel. En revanche, les bébés n'apprennent pas par imitation sans réfèrent social, lorsque le visage n'est pas visible. De façon plus étonnante, l'apprentissage par imitation n'a pas été amélioré en présence d'indices sociaux verbaux et a même été retardé. Cependant l'analyse du regard montre que les enfants, bien qu'attirés par le visage, orientent leur attention vers l'objet manipulé en présence d'indices sociaux, ceci d'autant plus qu'ils réussissent à faire la tâche. Les résultats de ces études soutiennent en partie la théorie de la pédagogie naturelle de Gergely et Csibra. Dans un travail futur, nous souhaitons examiner la théorie d'identification de Meltzoff en testant des bébés avec des modèles non humains comme un modèle macaque par exemple


  • Résumé

    Imitation has been widely studied in human infants, with particular attention given to the age at which they begin to imitate simple actions from observing others. Imitative learning of new skills, and its contribution to the development of the infant's motor repertoire, has been investigated much less. The goal of this thesis was to evaluate at what age, and under which modeling conditions, the observation of a model helps infants learn a new skill. In our first experiment, we assessed 8- to 18-month-old infants' observational learning of novel actions. The results showed some change in behavior following observation starting 10 months of age; however, the difference between spontaneous manipulation and manipulation after observation did not reach significance before 15 months of age. Since imitative learning is an important way of acquiring new skills, it may have been involved in the evolution of human cognition, and it is therefore interesting to investigate it in non-human primates. We compared infants' performance with that of three macaques on the same tasks and with the same demonstration protocol. Whereas some infants imitatively learned very complex tasks such as tool use, macaques were only capable of imitating some of the simplest tasks targeted for 8- and 10-month-old infants. These findings are consistent with studies showing that despite their high level of manipulation skills, monkeys are poor imitators. However, while macaques did not learn complex tasks by imitation from a human model, one observation led us to hypothesize that a conspecific model, as opposed to a human model, might enhance observational learning. We then investigated the influence of social context on imitative learning in a series of experiments with 10-month-old infants—the age at which they began to change their behavior after observing a model in our first study. We tested the influence of the status of the model showing the target action, as well as the effect of the amount of social cues provided during modeling. Infants were tested on a task usually performed with success a month later. The infants' gaze direction was tracked in all of these experiments. We first compared imitative learning when either an adult or a peer demonstrated the action on video. In the next experiments, we tested the importance of social context for imitation: we either removed social reference by presenting a model with the face not visible, or we added communicative cues by presenting an adult talking to the infant before the demonstration. Finally, in the last experiment we tested the effect of using video modeling by presenting a live model demonstrating the targe action. The results showed that 10-month-old infants imitatively learned to the same extent from a peer model and an adult model, as well as from a video model and a live model. Imitative learning was not possible in the absence of social reference, but it did not improve, and was even slightly delayed, when the model provided verbal communicative cues. However, eye tracking data showed that, whereas infants were mostly attracted to faces in the absence of communicative cues, their attention was clearly directed toward the object by communicative cues, especially for those infants who succeeded at the task. These results partly support the theory of "natural pedagogy," which holds that communicative cues are important for learning new skills. Future work aims at further investigating the "like me" theory by testing infants' performance with non-human models demonstrating the target action

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (155-17 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f.135-155

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque de psychologie Henri Piéron (Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine). Service commun de documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 12716
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.