La vie musicale à l’Ambassade de France près le Saint-Siège (1724-1791)

par Michela Berti

Thèse de doctorat en Musicologie

Sous la direction de Raphaëlle Legrand et de Agostino Ziino.


  • Résumé

    L’Ambassade de France à Rome fut, au cours du dix-huitième siècle, l’un des pôles principaux pour l’organisation de fêtes, de mascarades, de conversations, et tout ceci put contribuer à célébrer la gloire et le faste de la monarchie et du « Roi Très-Chrétien ».Cette étude a pour ambition de fournir une large documentation qui permette de comprendre en quelles occasions la musique était convoquée dans le cadre de l’institution française, qui illustre les buts, principalement politiques, de l’utilisation de la musique par les ambassadeurs, qui éclaire les moments, les lieux et les modalités de l’exécution musicale.La partie principale, et la plus intéressante, de ce travail est consacrée aux commandes de musique que les différents ambassadeurs de France près le Saint-Siège passèrent en des occasions particulières liées à la famille royale.Beaucoup plus complexe s’est avérée la reconstitution des événements pour lesquels, sans être directement commandée par les ambassadeurs, la musique était traditionnellement liée aux festivités françaises : c’est le cas des fêtes organisées pour la Saint-Louis, le 25 août, ou pour la Sainte-Lucie, le 13 décembre. En ces deux occasions se déroulaient traditionnellement des fêtes « mécénées », et donc financées, par les ambassadeurs.Durant la période comprise entre 1724 et 1791, les ambassadeurs de France à Rome utilisèrent l’art musical comme miroir grossissant pour leur devoir principal : représenter leur monarque avec un luxe, une magnificence et une générosité extraordinaires, afin d’attirer l’estime et l’admiration de toute la Cour de Rome.

  • Titre traduit

    Musical life in the French Embassy to the Holy See (1724-1791)


  • Résumé

    During the 18th century, the French embassy to the Holy See was one of the most important production centres of music, soirée, masquerade and festivity. All this was to celebrate Monarchy's and “Roi Très-Chrétien”'s glory and greatness.The aim of this study is to examine the role of music in French Institutions in Rome during this period. In particular, this study provides large documentation to investigate the events in which the music was performed, the purpose of the use of music during these events and to characterize places, conditions and times of the musical performanceThe main contribution of this study is the analysis of the new music commissioned in honour of the french royal family by the French ambassadors in the Holy See.More complex is the analysis of the events in which music was traditionally “linked” to the french festivities: this is the case of the feasts organized for the 25th August in honor of St. Louis or the 13th December in honour of St. Lucia. In these two occasions festivity was traditionally commissioned by the ambassadors who also sustain the financial costs of the entire celebration.During the period between 1724 and 1791, the ambassadors of France in Rome made use of the musical art to promote themselves and gain appreciation for their principal duty: to represent their king with luxury and extraordinary generosity in order to acquire the consideration appreciation of the entire roman Court.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.