La mise en scène de l’art de conter : narrateurs et narrataires dans l’œuvre de Ricardo Piglia

par Magali Sequera

Thèse de doctorat en Études romanes / Littérature latino-américaine

Sous la direction de Milagros Ezquerro.

Le président du jury était Teresa Orecchia Havas.

Le jury était composé de Milagros Ezquerro, Michel Lafon, Julio Premat, Julien Roger.


  • Résumé

    L’art de conter est constamment mis en scène au sein de la fiction dans l’œuvre de de Ricardo Piglia. Ainsi, l’auteur argentin remet au goût du jour le pouvoir que peut exercer le récit oral sur le narrateur et son narrataire. Seulement, au XXIe siècle, l’art de conter oralement implique une problématique autre. La Machine aux récits de La ciudad ausente, mi-femme, mi-machine, constitue un visage nouveau du conteur de tradition orale. De la même manière, l’espace champêtre des veillées a donné place aux bars et aux galeries, espaces de l’énonciation choisis par les conteurs pigliens pour donner libre cours au récit. Et si le récit envoûte, c’est aussi parce qu’il se fait en chantant, ou en jouant d’un instrument. Voix, musique et narration sont intimement liées,car elles sont aussi la constitution d’un monde autre depuis lequel raconter. La folie est, en ce sens,le monde parallèle par excellence et il est celui choisi pour énoncer des vérités inaudibles.

  • Titre traduit

    The dramatization of the art of telling : narrators and narrataires on Ricardo Piglia’s works


  • Résumé

    Ricardo Piglia’s fictional works express a constant concern for narrative art. The Argentinianauthor indeed revives the power of oral relation, underlining its strong affect upon both narratorand narrataire. However, another problematic is at stake in 21st century oral storytelling. In Laciudad ausente, the half-woman half-machine storytelling Machine appears as a new face of theoral narrative legacy. The open-air dimension of evening gatherings leaves room to a newselection of enunciative spaces, galleries and pubs, elected by piglian storytellers to freely rehearsetheir tales. The choice of singing or playing tales turns each story into a bewitching device. Voice,music and narrative intertwine, reflecting the essence of an otherworldly space from which tellingthe tale becomes possible. Madness turns out to be the parallel world par excellence, chosen tostate unintelligible truths.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.