La porcelaine de Sèvres. Le décor floral, 1848 – 1897 : de la réalité botanique aux formes stylisées : les fleurs, les oiseaux, les insectes, les motifs d’inspiration végétale

par Tomoko Nishihara (Moene)

Thèse de doctorat en Histoire de l’art

Sous la direction de Bruno Foucart.

Soutenue le 15-10-2010

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Histoire de l’art et archéologie (Paris) .


  • Résumé

    Riche de sources d’inspiration multiples, parfois lointaines, islamiques, chinoises et japonaises, le décor floral de Sèvres présente des formes originales que ces influences ne suffisent pas à expliquer. Sèvres n’avait pas oublié sa propre tradition du XVIIIème siècle. Ses artistes n’étaient pas tous de simples copieurs de motifs.Nous avons découvert qu’il a existé dans la deuxième moitié du XIXème siècle une transformation radicale du décor floral, décidée alors que l’intérêt pour la botanique atteignait son apogée : certains décors créés alors à Sèvres échappèrent à toute classification. Nous avons voulu analyser l’évolution de ces fleurs et savoir d’où provenaient ces formes originales nées à côté de décors plus conformes aux courants artistiques de l’époque.Le bouquet magnifiquement arrangé de fleurs multiples, peint en couleurs de moufle « au naturel », disparaît dès 1857-1858, cédant la place à un simple bouquet d’une seule ou de deux espèces. Lui succède par exemple une organisation en un réseau construit de tiges ou de branches, celles-ci traçant parfois une spirale épousant le galbe d’un vase et encadrant des oiseaux.Ces fleurs dessinées d’après nature seront délibérément proscrites à partir de 1880, l’introduction des émaux incitant à la recherche d’une forme « décorative » au lieu d’être naturelle ou « illusionniste ». A partir de l’examen de plus de trois cents œuvres, et de dessins conservés à la manufacture nationale de Sèvres, nous avons retracé l’itinéraire commun, dépendant des variations de la politique artistique, suivi par ces peintres, et mis en lumière le caractère de chacun.

  • Titre traduit

    Flower design of the Sevres Porcelain, 1848-1897 : from botanical reality to stylized shapes : flowers, birds, insects, plant ornaments


  • Résumé

    The Sevres porcelain’s flower design presents an original shape depending on many various inspiration sources so it is difficult to understand it. Sevres doesn’t forget its tradition of the 18th century. Its painters are not simple model copists.We discovered a deliberate transformation of the flower design in the second half of the 19th century when the botanical interest was at its top, and so we understood that the artists of Sevres had created unclassifiable forms, therefore an analysis of these flowers became necessary.The magnificent bouquet of various flowers painted in « petit feu » colours, in the « natural » style disappeared in 1857-1858. The bouquet was made of only one or two species. Stalks or branches were used for example in a spiral with birds in the middle on the vase curve.But after 1880 those natural flowers, with the introduction of the coloured enamels, were banished. The painters were in search of a decorative style, instead of a natural or illusionist one.With more than three hundred pieces, many models and designs, we have drawn the itinerary of those flower painters, depending on the variations of the same art trend, while keeping their own personalities.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.