Quand la Raison se mire dans le miroir de sorcière. Résonances de la pensée scientifique dans le récit fantastique des XIX et XX siècles

par Anouck Linck

Thèse de doctorat en Études romanes espagnoles

Sous la direction de Milagros Ezquerro.


  • Résumé

    L’objectif de ce travail est d’étudier les résonances de la pensée scientifique dans les récits fantastiques du XIX et XX siècle et de revivifier, du même coup, l'approche théorique du genre fantastique. L'axe dorsal de ma thèse consiste à étudier le rapport du genre à la raison (la plasticité de ce concept permet de dépasser les découpages habituels entre science et non-science). Si l'on résume la position de la critique sur la question, on aboutit au constat suivant : le Fantastique met en exergue les carences de la raison. Il en souligne les défaillances, les limitations, les insuffisances, au nom de l’inexhaustible complexité du réel. L'image que le Fantastique véhicule de la raison est donc passablement négative, mais elle est liée à une conception classique de la rationalité, aujourd'hui périmée. L'image de la raison que proposent les sciences a considérablement évolué. Quelques unes des révolutions conceptuelles les plus marquantes du XX siècle dans le domaine des sciences physiques et des mathématiques sont à l'origine de cette évolution, elles marquent le passage de la raison classique (absolutiste) à la raison contemporaine (relativiste et complexifiée). On ne peut s'attendre à ce que le miroir de sorcière reflète une image irréprochable et normative de la raison, mais on ne saurait se satisfaire d'une image strictement négative. Le Fantastique ne se tient pas, contrairement à ce qu'on pourrait croire, à l'écart des vertiges de la science moderne. Il évolue en symbiose avec elle. Je m'attache à montrer, tout au long de ce travail, que la littérature fantastique restitue une image positive mais impure de la raison. Cette dernière dérive des « monstres » que la raison engendre au XX siècle : relativité einsteinienne, mécanique quantique, théorème de Gödel, relativité einsteinienne, logiques non-classiques (entre autres). Dans un récit fantastique, la raison strictement déductive, rigide et totalisante est systématiquement battue en brèche. Mais ce n'est pas là la preuve que la raison a atteint ses limites. La pensée scientifique nous enseigne que ce peut être, au contraire, le signe d'une extension de la raison. Cette réhabilitation de la raison – de son versant « impur » – qui tient compte du contexte scientifique actuel a le mérite de réactualiser le genre fantastique et lui confère une nouvelle unité. Cette réactualisation passe par une modification substantielle du statut du surnaturel : il n’est plus tenu pour un principe désorganisateur mais considéré comme agent de la rationalité.

  • Titre traduit

    When reason looks at itself in a distorting mirror. The reflection of scientific thinking in the Fantastic literature of the nineteenth and twentieth centuries


  • Résumé

    The purpose of this doctoral dissertation is to analyze the reflection of scientific thinking in the Fantastic literature of the nineteenth and twentieth centuries, and, by the same token, to re-invigorate the theoretical approach to the Fantastic genre. The backbone of my thesis is to study the connection between reason and the Fantastic genre. In summarizing the specialists on this subject, one comes to the following conclusion: the Fantastic genre highlights the insufficiency of reason. It underlines the shortcomings, restrictions and failures of reason in the name of the inexhaustible complexity of reality. The image of reason that the Fantastic genre conveys is quite negative, although connected to a classical concept of rationality, nowadays obsolete. Some key revolutionary concepts of the twentieth century in the fields of physics and mathematics have significantly changed the way we regard reason. This progress marks the passage from classical reason (absolutist) to contemporary reason (relativist and a high degree of complexity). It could not be expected that Fantastic literature reflect a faultless and canonical image of reason, but a strictly negative image is unsatisfactory. The Fantastic genre is not insensitive, contrary to usual belief, to the amazing discoveries of modern science. It evolves in symbiosis with modern science. My goal is to show throughout this work that Fantastic literature gives a positive but troubled image of reason. The latter comes from the “monsters” that were invented by science during the twentieth century: Einstein’s relativity, quantum mechanics, Gödel’s theorem, non- classical logics (among others).In a Fantastic tale, strictly deductive reasoning, unbending and all-knowing is systematically defeated. But this is not proof that reason has reached its limits. Scientific thinking teaches us that it can be, on the contrary, a sign of an extension of reason. This rehabilitation of reason –of its "troubled" side– that takes into account the current scientific context updates the Fantastic genre and gives it a new unity. This updating means a substantial modification of the status of the supernatural: one does not consider it as a disorganizing agent but as an agent of rationality


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.