La notion de puissance : les équivalents latins du grec dynamis

par Peggy Lecaudé

Thèse de doctorat en Études latines

Sous la direction de Michèle Fruyt et de Françoise Skoda.

Soutenue le 11-12-2010

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Mondes anciens et médiévaux (Paris) .


  • Résumé

    Le mot dynamis est un terme fondamental dans la pensée grecque, non seulement en philosophie, où il prend une importance singulière à partir d’Aristote, mais aussi en médecine, en sciences de la nature ou en mathématiques. La présente étude s’attache à mettre en évidence les équivalents de traduction que lui ont assignés les traducteurs et les auteurs latins, à l’époque classique et en latin tardif ou médiéval, selon une double approche. En premier lieu, il s’agit, dans une perspective onomasiologique d’identifier les modes d’apparition de dynamis et des mots de sa famille dans un choix de textes latins, des comédies de Plaute jusqu’aux traductions boéciennes de l’Organon d’Aristote : l’emprunt de signifiant, le néologisme formel, la transposition ou, le cas le plus fréquent, la traduction proprement dite. Puis, dans une approche sémasiologique, il s’agit de mesurer l’impact de la traduction du grec sur un ensemble lexical latin constitué des noms employés le plus fréquemment pour traduire dynamis, à savoir potestas « possibilité, pouvoir », potentia « puissance », uis « force, violence » et uirtus « valeur, qualité, vertu ». Les emplois de ces mots sont étudiés dans un corpus constitué de textes littéraires et de textes spécialisés dans les domaines de la connaissance susdits, où l’on cherche à savoir s’ils ont fait l’objet d’un calque sémantique à partir du grec dynamis. L’étude a ainsi pour but de reconstruire un moment de l’histoire de la notion grecque, celui de sa « conversion » en latin, moment déterminant pour son expression dans les langues modernes par fr. puissance, potentialité, vertu, virtualité, angl. potency, potentiality, virtue, virtuality, etc.

  • Titre traduit

    The notion of potency (power, potentiality…) : the Latin equivalents of the Greek word dynamis


  • Résumé

    Dynamis is a key word in the Greek thought, not only in philosophy, in which it has assumed a particular significance since Aristotle, but also in medicine, the natural sciences and mathematics. The present work aims to present the translation equivalents adopted by the Latin authors and translators in classical antiquity and in late or medieval Latin, according to a twofold approach. First, from an onomasiological perspective, we try to identify and analyse the different ways dynamis (as well as the words semantically connected to it) appears in a corpus of Latin texts, from Plautus’ comedies to Boethius’ translation of Aristotle’s Organon : as a loan word, a formal neologism, a transposition or, as in most cases, a translation. Second, from a semasiological perspective, we focus on the impact of the translation from Greek on a lexical group made of Latin words frequently used to translate dynamis, namely potestas (“possibility, power”), potentia (“potentiality, potency”), uis (“strength, violence”) and uirtus (“value, quality, virtue”). The uses of these words in a corpus of literary and scientific texts are examined, and the question is raised of how far they may be considered as semantic calques from the Greek term dynamis. The work thus aims to reconstruct a moment in the history of the Greek notion : that of its “conversion” into Latin, which was decisive for its expression in modern languages, in French as puissance, potentialité, vertu, virtualité, etc., in English as potency, potentiality, virtue, virtuality, etc.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.