Le Romantisme Portugais : contrastes et résonances

par Luís Alexandre Rodrigues-Sobreira

Thèse de doctorat en Études Portugaises, Brésiliennes et de l’Afrique Lusophone

Sous la direction de Maria Graciete Besse.


  • Résumé

    L’image institutionnelle du Romantisme portugais, souvent calquée sur la vision nationaliste des chefs de file de ce mouvement et tournée vers les textes innovateurs, est une image tronquée, partiale et figée. Combinant l’analyse socio-littéraire de quatre œuvres de fiction, représentatives des principales lignes d’affrontement de l’époque en termes de valeurs esthétiques et idéologiques, avec l’analyse historique des traductions, cette étude fait émerger les différents pôles constitutifs du champ littéraire portugais entre 1840 et 1860 et démontre sa complexité polyphonique. On y décèle ainsi, au niveau de “la littérature civique” (symboliquement dominante), incarnée par A Virgem da Polónia, de J.J.R. Bastos, et Eurico, O Presbítero, d’Alexandre Herculano, un conflit entre modèles sociaux et littéraires conservateurs et progressistes. Quant à A Mão do Finado, d’Alfredo Possolo Hogan, elle permet d’éclairer l’émergence de l’”industrialisme littéraire”. Enfin, Maria! Não me mates, que sou tua mãe!, de Camilo Castelo Branco, représente la pérennité de la littérature de colportage et pour son auteur le début d’une carrière de “professionnel des lettres”. La partie finale est consacrée à l’examen de la littérature traduite (raisons du succès ou de l’absence de certains auteurs) et de la méthode de nationalisation que Castilho lui appliqua afin de perpétuer l’ordre institué.

  • Titre traduit

    Portuguese Romanticism : contrast and resonance


  • Résumé

    Modeled on the vision of the nationalist movement’s leaders and oriented towards the literary innovative texts, the institutional image of the Portugese Romanticism is a distorted, partial and a static one. Combining the socio-literary analysis of four works of fiction, representative of the main lines of confrontation both for their aesthetic and ideological values, and the historical analysis of book translations, this study brings to the foreground the various constituent poles of the Portuguese literary field between 1840 and 1860 and shows its polyphonic complexity. A conflict between social models and literary conservatives and progressives is therefore depicted through the « civic literature » (symbolically dominant) and incarnated by A Virgem da Polónia, by J.J.R.Bastos, and Eurico, O Presbitero, by Alexandre Herculano. As for A Mão do Finado, by Alfredo Possolo Hogan, it sheds light on the emergence of the “literary industrialism”. Finally, Maria! Não me mates, que sou tua mãe!, by Camilo Castelo Branco, represents the sustainability of the chapbooks and for its author the beginning of a career of «professional of letters». The last section is devoted to the consideration of translated literature (reasons for success or absence of some authors) and the method of nationalization that Castilho applied to it in order to perpetuate the established order.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.