La doctrine des catégories et les conditions de la description phénoménologique dans la première philosophie de Husserl

par Pierre-Jean Renaudie

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Jean-François Courtine.

Soutenue le 20-11-2010

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) , en partenariat avec Métaphysique, histoires, transformation, actualité (Paris) (laboratoire) .


  • Résumé

    Ce travail se propose d’interroger les racines de la phénoménologie husserlienne en tentant de reconstruire, sur un mode à la fois historique et systématique, le dispositif qui avait permis à Husserl de poser, dans le texte fondateur de la phénoménologie – les Recherches Logiques de 1901 – les conditions d’une philosophie rigoureusement descriptive. La description phénoménologique se déploie sur le fond d’une opposition entre deux modalités intentionnelles fondamentalement distinctes et qui doivent toutes les deux être mises à contribution dans l’activité descriptive : l’intuition d’un côté, et la signification de l’autre. Décrire, au sens large, suppose qu’un certain accord puisse être établi entre le discours et la perception dont il prétend rendre compte, entre le dire et le voir. Or, c’est à l’intuition catégoriale qu’il reviendra de prendre en charge cette tension entre signification et intuition que Husserl maintient tout au long des Recherches, en organisant les modalités d’une mise en adéquation de l’une et de l’autre. Telle est la raison pour laquelle l’intuition catégoriale joue un rôle si décisif dans l’architecture d’ensemble de ce texte : elle ne constitue pas seulement la pointe extrême de la description phénoménologique, mais elle en est en quelque sorte aussi la condition de possibilité, devant garantir la légitimité du discours philosophique à l’intérieur duquel elle se déploie. Il était ainsi possible de proposer une relecture d’ensemble des Recherches Logiques en suivant l’hypothèse selon laquelle la réforme husserlienne de la théorie des catégories devait fournir la clé d’intelligibilité et rendre compte de la spécificité de ce premier état de la phénoménologie.

  • Titre traduit

    The theory of categories and the conditions of phenomenological description in Husserl


  • Résumé

    The purpose of this work is to investigate the roots of phenomenology and to analyse, from a historical and systematic point of view, the reasons that enabled Husserl to set down in his Logical Investigations the conditions of a strictly descriptive philosophy. The phenomenological description is grounded upon the opposition between two fundamentally different modalities of intentionality that both take part in descriptive activity: intuition on the one hand and signification on the other. Describing presupposes the possibility of a certain kind of adequacy between our speech and our perception, as the former is expected to correspond to the latter. By making this adequacy possible, ‘categorial intuition’ has to bear this tension between signification and intuition, and this is precisely the reason why this analysis of categories is so decisive in the architecture of the Logical Investigations. ‘Categorial intuition’ not only defines the end of phenomenological description, it is the condition of its own possibility, and is expected to validate our descriptive statements. And so it was possible to propose a new reading of the Logical Investigations by examining Husserl’s reform of the theory of categories and its relation to his phenomenological method of description.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.