La cabane revisitée : réhabilitation de l'architecture vernaculaire irlandaise (XVIIe-XIXe siècles)

par Fidelma Mullane

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Jean-René Trochet.

Le président du jury était Daniel Le Couédic.

Le jury était composé de Jean-René Trochet, Olivier Buchsenschutz, Kevin Whelan.


  • Résumé

    Tout au long de l’histoire coloniale, les habitations des classes irlandaises les plus modestes, les cabanes, furent décrites par les étrangers, Anglais pour la plupart, comme étant des constructions plus que médiocres, preuves de la nature « sauvage » et « barbare » des indigènes. Le caractère enfumé, le toit de chaume, le tas de fumier, et la cohabitation entre humains et animaux, ont été interprétés à partir de préjugés et de stéréotypes raciaux et non pas explicités en tant qu’expressions de conditions économiques, sociales, politiques ou environnementales. La thèse démontre que ces techniques vernaculaires observées au sein des habitations et autres constructions, telles que, l'enfumage et l'imprégnation de suie au niveau des murs en tourbe et des toits, avaient une raison d’être : ces pratiques étaient destinées à créer des matériaux capables d’enrichir le sol. La façon dont les matériaux étaient utilisés, le savoir-faire et la qualité de la transmission, désignés dans cette thèse sous le terme de « métis », ne fait que mettre en valeur la sagesse des autochtones capables de susciter des stratégies nécessaires à la survie. La réorientation des modèles architecturaux vernaculaires permettra d’établir une nouvelle définition de la construction traditionnelle pour aboutir à une approche reconfigurée et plus inclusive ainsi qu'à une meilleure compréhension de ses dimensions historiques et ethnographiques. Cette reconfiguration des études interdisciplinaires, ouverte aux différents paradigmes, inclurait la sagesse de la tradition. Ceci changerait la manière dont l’architecture vernaculaire pourrait être étudiée, gérée et réévaluée.

  • Titre traduit

    The cabin revisited : a rehabilitation of Irish vernacular architecture (17th-19th centuries)


  • Résumé

    Taking the Irish cabin as object, this thesis deconstructs the outsider accounts and their contribution to a negative interpretation of such, particularly within the context of postcolonial scholarly literature. Such outsider accounts have an added significance in scholarship in so far as they retained a strict uniformity even while other formal studies changed perspective. This reveals certain ideological assumptions which are examined. The collision between the imposition of a dominating knowledge and practices drawn from indigenous wisdom is examined through the prism of descriptions and interpretations of materials and labour in specific ecological and economic contexts. A case study in the Claddagh village in the West of Ireland examines these contradictions in detail. The survival of such outsider accounts has had its consequence in contemporary constructions as to the meaning and function of the vernacular house. The recovery of the Irish cabin as an object of study within vernacular architecture must be achieved within a context of examining clearance, changes in housing and the major restructuring of economy and society occasioned by the Great Famine. The recovery of a proper account of their function as perceived by those who lived in such habitations in the rural economy is central to this thesis.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.