Les romancières sous la Restauration : réception, construction des identités de genre, histoire du roman

par Amélie Legrand

Thèse de doctorat en Littérature et civilisation française

Sous la direction de Pierre Glaudes.

Soutenue le 03-12-2010

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Littératures françaises et comparée (Paris) , en partenariat avec Centre de recherche sur la littérature du XIXe siècle (Paris) (équipe de recherche) .


  • Résumé

    À partir de la fin du XVIIIe siècle, les femmes accèdent plus massivement à la lecture et à l’écriture et investissent la scène publique qui était jusqu’alors surtout réservée aux hommes. Sous la Restauration en particulier, le nombre des romancières et celui de leurs œuvres s’accroissent. La postérité retient pourtant peu de noms parmi ces femmes qui ont connu un grand succès en leur temps. Elle associe leur production à un roman sentimental considéré comme un sous-genre féminin moins digne d’intérêt que le roman réaliste qui émerge vers 1830. Ce travail se propose de reconstruire le champ littéraire de la Restauration pour interroger cette représentation. Il s’agit tout d’abord d’observer la réception dont les romancières font l’objet, à cette époque où le gouvernement cherche à réaffirmer une bipartition traditionnelle des rôles et des identités sexués, dans l’intention de redonner une stabilité à la France, après les bouleversements sociohistoriques engendrés par la Révolution. Cette contextualisation permettra ensuite de comprendre les déterminations qui pèsent sur la définition de l’ethos des romancières et sur leurs choix esthétiques. À la lumière de leur positionnement théorique, l’analyse de leurs œuvres visera enfin à réévaluer leur contribution à la constitution de l’histoire du roman et à mesurer, au sein de cette dernière, l’influence des rapports de genre.

  • Titre traduit

    Women novelists under the Restoration : reception, construction of gender identities, history of the novel


  • Résumé

    From the end of the XVIIIth century, women had access to reading and writing on a much broader scale, and they began to take over the public scene, which was until then mainly reserved to men. Under the Restoration particularly, the number of women novelists and their works increased. However, few of these women who were very successful in their time are known nowadays. Their production is associated to a sentimental novel considered a feminine subgenre, less noteworthy than the realist novel which appeared around 1930. The present work offers to reconstruct the literary field of the Restoration era in order to question this representation. This consists first in observing how women novelists are received, at a time when the government tries to reassert a traditional division of gender roles and identities, in order to give France a new stability after the sociohistorical upheavals resulting from the French Revolution. Understanding the historical background of the literary field will then enable us to understand the determinations hanging over the ethos of women novelists and their aesthetic strategy. In the light of their theoretical positioning, the analysis of their works will finally be aimed at reevaluating to what extent they contributed to the constitution of the history of the novel, and measuring, within this history, the influence of gender relations.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.