Les vestiges mobiliers de l'occupation byzantine en Afrique antique (VIe-VIIe s. ap. JC)

par Hélène Jacquest

Thèse de doctorat en Histoire de l’art et archéologie

Sous la direction de François Baratte.

Soutenue le 18-12-2010

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Histoire de l’art et archéologie (Paris) , en partenariat avec Orient et Méditerranée (Ivry-sur Seine, Val de Marne) (laboratoire) .


  • Résumé

    Les vestiges mobiliers de l'occupation byzantine de l'Afrique antique constituent un corpus important d'objets en céramique (vaisselle, amphores et carreaux de terre cuite), en verre (lampes), en pierre (décor sculpté et mosaïques) en plus des monnaies. L'ensemble de ces objets provient des fouilles des niveaux d'occupation datés entre les VIe et VIIe siècles ap. J.-C., période pour laquelle les sources historiques témoignent de la Reconquête de la région menée par les armées impériales venues de Constantinople. Pour retrouver la trace des Byzantins eux-mêmes, c'est le travail de plusieurs génération d'antiquaires, d'explorateurs et d'archéologues qui a d'abord été examiné en se posant la question de savoir quelle était la nature des vestiges retrouvés. Ceux-ci témoignaient-ils d'une communauté de culture entre Orient et Occident rendue possible grâce à la restauration de l'autorité impériale ? Ou bien l'Afrique avait-elle révélé, à travers ses traditions artisanales fortes, toute la singularité de sa place au carrefour de la Méditerranée occidentale ?

  • Titre traduit

    Archaeological material from the Byzantine occupation of Ancient Africa (VIth-VIIth centuries A.D.)


  • Résumé

    The archaeological material from the Byzantine occupation of ancient Africa forms a huge corpus of objects in ceramics (crockery, amphoras and tiles of terra cotta), glass (lamps), stones (carved decoration and mosaics) in addition to the coins. All these objects are coming from occupations dated between VIth and VIIth centuries A.D., period for which the historical sources testify to the Reconquest of the area, carried out by the imperial armies from Constantinople. Find the traces of the Byzantines themselves was the work of several generations of antiquarians, explorers and archaeologists asking the question of the true nature of the found remains. Did those vestiges testify a cultural community between Eastern and Western Mediterranean Sea made possible by the restoration of imperial authority ? Or did Africa reveal through its strong handcrafted traditions all the singularity of its place at the crossroads of the Western Mediterranean ?


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.