Les Subordonnées interrogatives dans la prose grecque classique : les questions constituantes

par Richard Faure

Thèse de doctorat en Études grecques, Sciences du langage

Sous la direction de Charles de Lamberterie.

Soutenue le 04-12-2010

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Mondes anciens et médiévaux (Paris) , en partenariat avec Centre d’édition et de commentaire de textes grecs et latins (équipe de recherche) .


  • Résumé

    Les subordonnées interrogatives constituantes sont étudiées à l’interface syntaxe/sémantique. Trois domaines sont abordés : les termes introducteurs ; les prédicats introducteurs ; les modes et les temps. Les termes introducteurs appartiennent à trois paradigmes : ὅς (relatif), τίς (interrogatif direct) et ὅστις (relatif « indéfini »). Τίς/ὅστις ont la mêmedistribution syntaxique ; ὅς est isolé. Le critère sémantiquement distinctif est leur capacité (ὅς) ou leur incapacité(τίς/ὅστις) à trouver un antécédent pour interpréter la variable qu’ils représentent. On utilise les propositions en τίς/ὅστις dans les environnements où ce processus est bloqué (opérateurs non véridiques autorisant les TPN, et focus), alors que les propositions en ὅς sont présupposées et ont portée sur ces opérateurs. La notion-clé que nous avançons est celle d’identification, par ailleurs opératoire pour les exclamatives. Le sémantisme des prédicats introducteurs repose sur la combinaison de deux traits (réponse ouverte/fermée et rogatif/résolutif) : on aboutit à quatre classes. Les modes et les temps analysés sont le subjonctif délibératif et l’optatif oblique (un temps narratif selon nous).Les trois études ont des résultats convergents : seuls les prédicats résolutifs prennent des propositions en ὅς ; les verbes rogatifs ont une concordance des temps particulière ; l’optatif oblique est interdit dans les propositions en ὅς etc.Cette thèse est fondée sur le dialogue entre les linguistiques grecque et générale. Ainsi, au prix de modifications,l’approche cartographique explique bien le système de subordination grec. Nos résultats ont des conséquences sur la syntaxe et la sémantique des relatives.

  • Titre traduit

    Embedded Interrogatives in Classical Greek Prose : constituent Questions


  • Résumé

    This thesis investigates embedded constituent interrogatives at the syntax/semantic interface. Three areas areanalysed: interrogative terms; embedding predicates; moods and tenses. The interrogative terms belong to threeparadigms: ὅς (relative), τίς (direct interrogative) and ὅστις (so-called indefinite relative). Τίς/ὅστις pattern togetherdistributionally, while ὅς shows a different pattern. The distinctive semantic criterion is their ability (ὅς) or inability(τίς/ὅστις) to identify an antecedent for interpretation of the variable. Τίς/ὅστις clauses are licensed in environmentswhere this process is blocked, that is under non veridical (NPIs licensing) operators and in focus position, whereas ὅςclauses are presupposed and have scope over such operators. The key notion we propose is identification. It carries overto exclamatives. As for the embedding predicates, we propose two semantic features, open/closeness of the answer androgative/resolutiveness, whose ± setting yields four classes. The analysis of the moods and tenses focuses on thedeliberative subjunctive and its alternatives and on the oblique optative, which, we propose, is a narrative tense.Put together, these three studies display coherent results: only resolutive predicates embed ὅς-clauses; rogativeverbs behave differently w.r.t. the sequence-of-time phenomenon; oblique optatives do not show up in ὅς-clauses etc.More generally, the Greek data help enhance parts of the linguistic theory. With some modifications, the cartographicapproach provides good explanations for the Greek completive system. Our results also have important consequences onthe syntax and the semantics of relatives.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.