Les relations économiques et financières entre la France et Madagascar de 1960 à 1972 et leurs implications sociales

par Bearisoa Rakotoniaina

Thèse de doctorat en Histoire moderne et contemporaine

Sous la direction de Dominique Barjot.

Soutenue le 04-12-2010

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Histoire moderne et contemporaine (Paris) , en partenariat avec Centre Roland Mousnier (Paris) (laboratoire) .


  • Résumé

    La forte présence française à Madagascar se poursuit après la période coloniale entre 1960 et 1972. Désormais, elle est voulue par la majorité des Malgaches, suite à l’adhésion du pays à la Communauté française. Dans ce cadre institutionnel nouveau, Madagascar, en tant que pays indépendant, souverain et républicain, conserve des relations étroites avec la France. Elles sont définies par les accords de coopération signés le 27 juin 1960. Il n’en résulte pas pour autant un néo-colonialisme, mais plutôt une indépendance assistée. La situation économique et financière s’améliore. En dépit de la dégradation des termes de l’échange, les échanges commerciaux ne cessent d’augmenter du fait de l’ouverture du commerce extérieur malgache en dehors de la zone franc. La France reste un très important client potentiel, malgré son glissement vers l’Europe. En effet, les entreprises françaises installées dans la Grande Ile contribuent au développement du pays : transfert de capitaux, de compétences et de technologie. Madagascar adopte le modèle social français. Malgré les disparités sociales, le niveau de vie de la population s’améliore. L’importance de l’aide française a constitué un obstacle pour que le régime Tsiranana optimise les opportunités que se présentaient les institutions onusiennes. De fait, Madagascar remplissait les conditions pour l’octroi de prêt important auprès du FMI, mais n’a pas su en profiter.

  • Titre traduit

    The economic and financial relations between France and Madagascar from 1960 to 1972 and their social implications


  • Résumé

    The strong French presence in Madagascar continues after the colonial period between 1960 and 1972. Now, this presence is sought by the majority of Malagasy, following the country’s adhesion to the French Community. In this new institutional framework, Madagascar, as an independent and sovereign Nation-state maintains close relations with France. They are defined by the “agreements of cooperation” signed in June 27th 1960. This does not imply a neo-colonialism, but rather an assisted independence. The economic and financial situation improves. Despite the country deteriorating terms of trade, Malagasy international trade continues to grow because of free of trade reaching beyond the area of the franc zone. France remains a very important potential customer, despite its leaning towards Europe. Indeed, French companies based in the Big Island contribute to national development: transfer of capital, skills and technology. Madagascar adopts the French social model. Despite social inequality, the standard of living of the population improves. The importance of French aid constituted a hindrance for the Tsiranana regime to seize the opportunities presented by the UN institutions. In fact, Madagascar fulfilled the conditions for granting large loan from the IMF, but failed to take advantage


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.