Le lexème nu [eh bien ; voyons… ; allons !] en russe contemporain

par Violette Bondu-Maugein (Bondu)

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de Jean Breuillard.

Soutenue le 29-11-2010

à Paris 4 , dans le cadre de Ecole doctorale 5 Concepts et langages (Paris) , en partenariat avec CELTA (laboratoire) .


  • Résumé

    L’étude du lexème nu prend en compte : les représentations des participants de l’interlocution ; le domaine commun de connaissance entre eux et l’engagement sur un parcours vers une représentation résultante.L’énonciateur de nu place l’intercompréhension au centre de l’échange. L’intercompréhension suppose la mise en référence du discours dans un domaine de connaissance commun.Le schéma type du mécanisme du lexème nu est l’engagement sur un parcours vers une représentation commune. Ce schéma connaît cinq variations, marquées par la syntaxe et exprimant des valeurs précises.La première variation est l’acceptation de la représentation de l’énonciataire comme représentation résultante ; la deuxième traduit une mise en doute de l’engagement sur un parcours vers une représentation résultante (orientation rhétorique) ; la troisième signifie la nécessité d’un engagement dirigé vers la représentation de l’énonciateur comme représentation résultante ; la quatrième indique l’engagement mutuel des porteurs de représentations vers un compromis ; enfin, la cinquième variation met en évidence l’incompatibilité des représentations mises en concurrence.L’une des conséquences de l’étude est le rejet de la notion de mot parasite. Le lexème nu est intégralement un mot du discours.Le travail s’appuie sur la langue contemporaine saisie dans un important corpus littéraire : chaque remarque est illustrée par un exemple situé dans un contexte large.

  • Titre traduit

    The lexeme nu [well ; come on ; what !] in modern russian language


  • Résumé

    This study of the enunciative mechanism of the lexeme nu is based on three elements of speech: competing representations, a shared field of knowledge and the initiation of a progression towards a “result representation” (which implies the presence of what Gustave Guillaume calls operative time).The enunciator of the lexeme places mutual understanding at the heart of the exchange. Mutual understanding is linked to the referencing of discourse in a shared field of knowledge. The typical pattern of the enunciative mechanism of the lexeme nu is the initiation of a progression towards a result representation. This pattern can lead to five variations, which are indicated by syntax and which produce precise values.The first variation contains an acceptance of the listener’s representation as a result representation ; the second variation (nu ?) expresses doubt concerning the commitment to a progression towards the result representation (this is the rhetorical aspect) ; the third variation indicates the need to commit to the enunciator’s representation as the result representation ; the fourth indicates that both the carriers of representation commit to a compromise (nu-ka) ; and the fifth variation (nu i) highlights the incompatibility of the competing representations.These conceptions of the lexeme justify a rejection of its description as a parasite word. The lexeme nu is a discourse marker. This research approaches contemporary Russian through a large number of literary texts: each analysis is illustrated by an example which is situated in a large cotext.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.