La confixation en russe moderne

par Natalia Baiandina

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de Jean Breuillard.

Soutenue le 03-12-2010

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) , en partenariat avec Centre de linguistique théorique et appliquée (Paris) (laboratoire) .


  • Résumé

    Cet ouvrage défend une « thèse » au plein sens du mot. Celle-ci vise à modifier radicalement la conception traditionnelle de la dérivation lexicale en russe moderne, qui ne retient que deux modes de dérivation et deux seuls : la préfixation et la suffixation. La thèse défend l’idée qu’aux côtés de ces deux procédés, il en existe un troisième, qui opère à l’aide d’un signifiant discontinu, que certains linguistes appellent « circonfixe » et qui est appelé ici « confixe ». La thèse met en évidence les incohérences de l’approche traditionnelle qui considère comme relevant de le catégorie préfixo-suffixale ou préfixo-postfixale des mots tels que le substantif masculin podokonnik (pod+ok(o)n+nik : ‘sous’ + ‘fenêtre’ + ‘objet’ = appui de fenêtre) ou le verbe nabegat’sja (‘saturation’ + ‘courir’ + ‘réfléchi’ = ‘courir tout son soûl’). La thèse met en évidence que nous avons affaire ici aux confixes <pod-…-nik> pour le premier mot, <na-…-sja> pour le second. L’argumentation s’appuie sur un vaste matériau fourni par les dictionnaires historiques et contemporains. L’abondance des données a imposé de limiter les investigations aux substantifs et aux verbes. L’examen diachronique démontre que les confixes (morphèmes discontinus) se sont installés progressivement dans le système dérivationnel. En russe moderne, la confixation constitue un procédé dérivationnel désormais autonome et productif.

  • Titre traduit

    Confixation in modern russian


  • Résumé

    This work defends the « thesis » in the full sense of the word. It is aimed at the radical revision of the traditional concept of lexical derivation in moderne Russian, which keeps only two modes of derivation and two only ones : prefixation and suffixation. The dissertation defends the idea that besides these two ways of word-formation, there is the third – word-formation by means of a discontinuous morpheme, which some linguists call “Circonfixe” and which is called here “Confixe”. The dissertation highlights the contradictions of the traditional approach which considers nouns such as podokonnik (pod + ok(o)n +nik : ‘under’ + ‘window’ + ‘object’ = window sill) or verbs like nabegat’sja (‘satiation’ + ‘to run’ + ‘reflexive’ = ‘to be run’) as prefixally-suffixal or prefixally-postfixal formations. It underlines that we are dealing here with confixes <pod-…-nik> for the first word, <na-…-sja> for the second. Argumentation is based on a large material taken from the historical and contemporary dictionaries. The abundance of the collected data imposed to limit the research to nouns and verbs. The diachronic examination proves that confixes (discontinuous morphemes) have gradually taken their place in word-formation system. In moderne Russian confixation is really an independent way of word-formation.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.