Mme de Murat (1668 ?-1716) : de la question féminine à la conquête des discours

par Geneviève Patard

Thèse de doctorat en Langue et littérature française

Sous la direction de Delphine Denis.

Soutenue le 24-09-2010

à Paris 4 , dans le cadre de Ecole doctorale 5 Concepts et langages (Paris) .

Le président du jury était Jean-Paul Sermain.

Le jury était composé de Delphine Denis, Jean-Paul Sermain, Myriam Dufour-Maître, Jean Garapon, Françoise Gevrey.


  • Résumé

    Mme de Murat témoigne incontestablement d’un intérêt pour la défense des femmes : n’en annonce-t-elle pas clairement le projet dans l’« Avertissement » de ses Mémoires, projet auquel semble faire écho son Épître « aux fées modernes » ? Cette préoccupation parcourt l’ensemble d’une œuvre qui se place résolument dans une tradition littéraire féminine et qui entend réagir à la domination patriarcale de la société d’Ancien Régime. Cependant l’ambition de l’auteur se situe bien au-delà du projet initial : il s’agit moins de défendre les femmes que de conquérir, par cette défense, une place, indépendamment de toute caractérisation sexuée. La définition de cette place se fait par une écriture qui permet à l’auteur de se distinguer, de se montrer et de consacrer ce qu’elle veut être sa propre supériorité.La quête de soi passe donc essentiellement par autrui, par ses regards et ses discours sur un je qui ne cesse de se mettre en scène. Les discours deviennent ainsi le lieu d’affrontement des pouvoirs, et notamment ceux que la société impose au je. La comtesse de Murat l’a bien compris, et s’attache à dévoiler les mécanismes de la crédulité qui entretiennent la doxa sur les femmes et sur lesquels reposerait plus généralement l’autorité sociale. L’auteur forme alors le projet à son tour de parvenir à la maîtrise des discours qui lui permettrait de détruire les discours oppressifs et de parvenir par la parole à l’affirmation libératoire du je.

  • Titre traduit

    Mme de Murat (1668 ?-1716) : from the gender issue to the conquest of discourses


  • Résumé

    Madame de Murat is clearly interested in the defence of women: doesn’t she make her intent clear in the “Foreword” to her Mémoires, as echoed in her Epistle “to modern fairies”? This preoccupation runs throughout a body of work that resolutely belongs to the female literary tradition and that seeks to challenge patriarchal domination in Ancien Régime society. However, the writer’s ambition reaches far beyond her initial intent: it is not so much to defend women as to conquer a place in society through defending them, irrelevant of gender categories. The definition of this place is achieved through a writing that enables her to stand out, show herself to the world and promote what she sees as her own superiority. The quest for self is mediated essentially through the other and his or her looks and discourses as they impact the “I” being displayed. Discourses become the battlefields where the powers clash, especially those that society imposes on the “I”. The Comtesse de Murat is perfectly aware of this and endeavours to unveil the mechanisms of credulity that foster the doxa on women and which social authority supposedly rests on. Her goal is from then on to master the discourses that will help her destroy the oppressive discourses and achieve the liberating affirmation of the “I” through words.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.