La collection de Ruan Yuan (1764-1849) : un cas de transmission du patrimoine culturel en Chine

par Éric Lefebvre

Thèse de doctorat en Histoire de l‟art

Sous la direction de Flora Blanchon et de Hua Meng.

Soutenue le 10-06-2010

à Paris 4 en cotutelle avec l'Université de Pékin , dans le cadre de École doctorale Histoire de l’art et archéologie (Paris) .


  • Résumé

    En tant que savant et haut-fonctionnaire Ruan Yuan est une figure éminente de la fin de la dynastie Qing (1644-1911). Sa collection, principalement composée d’objets antiques, bronzes rituels, briques et tuiles, est modelée d’après les traditions de l’épigraphie chinoise ou jinshi xue. La première partie de la thèse est consacrée à l’analyse de la collection. Sa typologie et sa formation sont le reflet de l’approche scientifique des objets antiques adoptée par Ruan Yuan. Ses méthodes, qui reposent sur les développements récents de la phonologie, sont liées à l’essor de l’école des « vérifications et des preuves », ou kaozheng xue. Parallèlement, les objets de collection, en particulier les pierres, sont considérés comme des objets de délectation qui peuvent être transformés en encriers ou en écrans qui reflètent l’imagination de Ruan Yuan. La seconde partie de la thèse décrit comment les pratiques de collectionneur de Ruan Yuan s’inscrivent dans un processus de transmission des vestiges culturels. Les méthodes de compilation des textes ont été adaptées par Ruan Yuan afin de publier les inscriptions antiques des provinces où il exerçait en tant que fonctionnaire. Son utilisation des techniques de conservation, comme le montage des peintures, et des techniques de reproduction, comme l’estampage ou la gravure, ont permis de préserver les originaux et de diffuser leur image. Au-delà de la transmission de sa propre collection, principalement conçue comme un héritage familial, la création de bibliothèques dans les temples célèbres, qui dépassent les limites de la propriété privée, est une étape importante vers la définition moderne du patrimoine culturel en Chine.

  • Titre traduit

    The collection of Ruan Yuan (1764-1849) : a case of transmission of cultural heritage in China


  • Résumé

    As a scholar and an official, Ruan Yuan is a prominent figure of the late Qing dynasty (1644-1911). His collection of artifact, which focuses mainly on antiques like ritual bronzes, bricks and tiles, is shaped by the traditions of Chinese epigraphy or jinshi xue. The first part of the dissertation is devoted to the analysis of the collection. Its typology and formation reflect the scientific approach of antiques adopted by Ruan Yuan. His methods, which rely on the recent developments in phonology, are related to the rise of the evidential research school or kaozheng xue in XVIIIth century China. Besides this scientific approach, collected artifacts, especially stones, are also considered as objects of delectation which can be transformed into inkstones or screens which reflect the imagination of their owner. The second part of the dissertation describes how Ruan Yuan’s collecting practices are part of a larger process of conservation and transmission of cultural relics. The methods of collation of texts used to realize encyclopedia have been adapted by Ruan Yuan to publish the ancient inscriptions on metal and stone from the provinces where he served as an official. His use of conservation techniques, like the mounting of paintings, and of reproduction techniques, like the rubbing or carving of steles, allowed to preserve originals and to spread their images among scholars. Beyond the transmission of his own collection, mainly conceived as a family legacy, the creation of libraries in famous temples, which exceeded the boundaries of private property, is an important step toward the assertion of a modern definition of cultural heritage in China.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.