La critique radicale de la science en France : origines et incidences de la politisation de la science en France depuis Mai 1968

par Renaud Debailly

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Terry Shinn.

Soutenue le 19-01-2010

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) , en partenariat avec Groupe d'études méthodologiques pour l'analyse sociologique (France) (laboratoire) .


  • Résumé

    L’idée selon laquelle les citoyens devraient participer à la définition des choix scientifiques et techniques s’est progressivement diffusée en France à partir des années 1980. Cet idéal participatif repose sur le renouvellement de la conception des rapports entre sciences et société. Cette thèse propose d’étudier la genèse de cette nouvelle conception à partir de la critique de la science formulée par des acteurs scientifiques durant les années 1970, et d’établir les liens entre cette critique et la nouvelle sociologie des sciences. La critique est envisagée comme un processus de politisation de la science, c’est-à-dire une requalification de la science en tant qu’activité sociale indifférenciée. Trois axes ont été retenus pour étudier la constitution de cet idéal participatif : les conditions d’émergence de cette critique de la science, sa structuration dans les revues militantes, et ses effets sur des domaines déterminés (la vulgarisation au Seuil, et l’expertise avec les Boutiques de Sciences).

  • Titre traduit

    Radical criticism of science in France : origins and effects of the politicization of science since May 1968


  • Résumé

    From the eighties, the idea that citizens should participate in the definition of both scientific and technical choices gradually spread in France. That participative ideal rests on the renewal of the conception of the relation between sciences and society. This doctoral dissertation proposes to study the genesis of that new conception from the science’s criticism expressed by scientific actors in the seventies and from the connections between that criticism and the new sociology of sciences. Here, the criticism is contemplated as a science’s politicization process, that is to say an amendment of science as an undifferentiated social activity. In order to study the constitution of that participative ideal, three main lines have been holded: the conditions of that criticism’s emergence, its structuring in activist reviews, and its effects on specific domains (popularization at Seuil publishing house and the expertise with the Science Shops).


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2015 par Hermann à Paris

La critique de la science depuis 1968 : critique des sciences et études des sciences en France après Mai 68


Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2015 par Hermann à Paris

Informations

  • Sous le titre : La critique de la science depuis 1968 : critique des sciences et études des sciences en France après Mai 68
  • Dans la collection : Société et pensées , 1779-7292
  • Détails : 1 vol. (206 p.)
  • ISBN : 978-2-7056-8935-3
  • Annexes : Bibliogr. p. [193-203]. Notes bibliogr.
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.