Fin de l’idylle ? : étude sur les formes et les significations de l’idylle dans la littérature française du dix-neuvième siècle

par Violaine Boneu

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Bertrand Marchal.


  • Résumé

    Au carrefour de la théorie des genres, de l’histoire littéraire et de l’herméneutique, ce travail entreprend de repenser le statut de l’idylle dans la littérature française du XIXe siècle. Allant à l’encontre du lieu commun selon lequel l’idylle ne serait plus, après André Chénier, qu’un genre figé dans des clichés définitivement anachroniques, il propose quelques outils conceptuels permettant d’analyser la dynamique actuelle des formes et des significations de l’idylle. La notion articule, au XIXe siècle, trois logiques majeures : une logique rhétorique, qui inscrit l’idylle dans une poétique des genres ; une logique historico-philosophique, qui, depuis le XVIIIe siècle, envisage l’idylle comme un mythe de l’origine et une figuration de l’Idéal ; une logique psychologique, enfin, issue de la révolution Romantique, qui définit l’idylle en termes d’illusion, de fantasme ou de rêve. Du fait même de cette complexité, l’idylle est un point d’observation privilégié des grandes mutations de la modernité. En brossant un panorama général des évolutions du genre au XIXe siècle et en interrogeant les références explicites à l’idylle dans certaines œuvres poétiques et romanesques majeures de Nerval, Hugo, Baudelaire, Mallarmé, Balzac et Zola, cet ouvrage propose un point de vue nouveau sur la crise de la subjectivité, sur la crise de la représentation littéraire et sur la redéfinition du traditionnel partage entre prose et poésie.

  • Titre traduit

    End of the idyll ? : forms and significations of the idyll in the French litterature during the nineteenth century


  • Résumé

    This work aims to re-think the status of the idyll in the French literature during the 19th century by combining theory of literary genres, literary history and hermeneutics. Objecting to the common-sensical idea that the idyll has evolved into a frozen genre full of anachronical clichés after André Chénier, it provides some conceptual ressources to analyze the actual dynamics of the idyll, both in terms of form and signification. The notion follows three main logics : a rhetorical one, which places the idyll into the poetic of literary genres, an historical and philosophical one, which, since the 18th century, considers the idyll as a cue of a mythical origin and an image of the Ideal, and lastly, a psychological one, born with the romantic revolution, which understands the idyll in terms of illusion, fantasies or dreams. Because of its intrinsic complexity, the idyll provides a priviliged point of view to examine the most important changes of the modern times. This work gives an overview of the evolution of the genre during the 19th century and examines the explicit references to the idyll made by Nerval, Hugo, Baudelaire, Mallarmé, Balzac and Zola in some of their major poetical works and novels. In doing so, it develops a new perspective on the crisis of the subjectivity, the crisis of literary representation and the redrawing of the traditional distinction between prose and poetry.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.