Le théâtre en Centrafrique : de la théâtralité des rituels aux pratiques actuelles

par Hurel Régis Beninga

Thèse de doctorat en Théâtre et arts du spectacle

Sous la direction de Georges Banu.

Soutenue le 14-12-2010

à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Arts et médias (Paris) , en partenariat avec Atelier de recherche sur l'intermédialité et les arts du spectacle (laboratoire) .

Le président du jury était Jean-Marie Pradier.

Le jury était composé de Georges Banu, Jean-Marie Pradier, Monique Borie, Amos Passing Fergombé.


  • Résumé

    Le théâtre en Centrafrique : de la théâtralité des rituels aux pratiques actuelles est un parcours de l’univers théâtral centrafricain. A travers le rituel du Ganza et celui du culte de Ngakola, précisément dans leurs aspects spectaculaires, ont été relevé des aspects théâtraux ou encore des éléments pouvant donner naissance à une forme théâtrale. Ces deux rituels ont fortement influencé certains hommes de théâtre centrafricains, qui n’ont pas manqué de les invoquer dans leurs créations artistiques. Les démarches de ces hommes étaient en réalité une quête vers la liberté. Ils voulaient d’une certaine manière se réapproprier une culture qu’ils commençaient à perdre au profit de celle du colonisateur. Le colonisateur, parrain d’un théâtre qui a du mal à se défaire - du « cordon ombilical » - des liens avec lui. Malgré l’indépendance et la renaissance de ce théâtre en 1960, avec la pièce A moléngué ti indépendance de l’Abbé Benoît Basile Siango, de multiples efforts restent à faire pour donner à l’art de Molière dans ce pays, ses plus belles lettres de noblesse sur tous les plans [artistiques, esthétiques, techniques, politiques et socio-économiques].

  • Titre traduit

    Drama in the Central African Republic : from the theatricality of rituals to contemporary practices


  • Résumé

    The thesis entitled Drama in the Central African Republic : from the theatricality of rituals to contemporary practices, is a survey of the writing and production of plays in the Central African Republic. One can easily notice the theatrical elements, or elements that could give rise to some theatricality, in the Ganza ritual and the cult of Ngakola, especially when considering what relates to the spectacular in them. In the Central African Republic, these two rituals have had a great influence on certain number of playwrights who do allude them in their works. These writers are in fact aiming at more freedom. To a certain extent, they have been trying to recapture their own culture – a culture which they are gradually losing to that of the colonizer, the patron of the stage in the Central African Republic, with whom the link – the bondage – is hard to break. In spite of the independence of the country and of the revival of the theater in 1960 with the play entitled A moléngué ti independence by Father Benoît Basile Siango, considerable efforts still have to be made so that Molière’s art may regain its prestige [in terms of artistry, estheticism, techniques, as welle as political, social and economic commitment] in the Central African Republic.

Autre version

Le théâtre en Centrafrique : de la théatralité des rituels aux pratiques actuelles


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

à

Informations

  • Sous le titre : Le théâtre en Centrafrique : de la théatralité des rituels aux pratiques actuelles
  • Détails : 2 vol. (499 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 325-333
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.