Recherches sur les relatives à pivot interne en japonais : description syntaxique et questions d'interprétation

par Shiho Yamamoto

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Georges Rebuschi.

Le président du jury était Injoo Choi-Jonin.

Le jury était composé de Georges Rebuschi, Injoo Choi-Jonin, Dominique Klingler Maestrali, Marie-Claude Paris.


  • Résumé

    Cette thèse a pour objet l'étude de la syntaxe et de l'interprétation des constructions dites relatives à pivot interne [RPI] en japonais. Le japonais est souvent décrit comme disposant de deux systèmes de relativisation, la relative régulière, prénominale, et la RPI. Reprenant les premiers travaux sur ces constructions, dus à S.-Y. Kuroda, nous montrons que la RPI n'est pas un cas de modification nominale comparable à celui de la relative régulière, mais plutôt un cas de coordination de deux propositions internes à la phrase compète. Nous proposons, sur le plan syntaxique, une analyse de -no comme réalisation phonologique d'un déterminant, D, suivant partiellement les hypothèses générales de Kayne [1994]. Pour l'interprétation de la RPI, nous défendons l'hypothèse selon laquelle elle se comporte comme un topique scénique qui précède les topiques ordinaires, itérables, de Rizzi [1997]. Nous proposons dans un premier temps, la montée en FL de la proposition enchâssée, et dans un second temps, une analyse de la suite de [trace + -no] qui reste in situ comme équivalent du pronom démonstratif sore.

  • Titre traduit

    On Head-Internal Relatives in Japanese : syntactic description and problems of interpretation


  • Résumé

    This dissertation is a study of the syntax and semantics of the so-called Head-Internal Relative [HIR] clauses in Japanese. This language is generally describe as possessing two distinct relativisation strategies, the unmarked, prenominal, relatives clauses on the one hand, and the HIRs on the other. Returning to the first descriptions of the latter [cf. S-Y. Kuroda 1974, 1975-76], I demonstrate that, semantically, IHR clauses are not a case of adnominal modification; thus, what appears to be a case of [syntactic] embedding is in fact an unexpected case of coordination of two propositions, corresponding to the IHR clause and the main clause. The syntactic analysis of the HIR relies on the idea that -no is a D, borrowing in part from Kayne's [1994] well-known analysis of relative clauses. However, at the semantic interpretation level, we propose that the contents of the HRI is a proposition which functions like a scenic topic which precedes Rizzi's [1997] iterable topic phrases. We are thus led to suggest that the IHR[or its contents] raises to the left periphery, and that the sequence [trace + -no] left behind functions like the demonstrative pronoun sore when it is used anaphorically rather than deictically.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.