Le marché de l'aluminium : structuration et analyse du comportement des prix au comptant et à terme au London Metal Exchange

par Prosper Mouak

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Philippe Paquet.

Soutenue le 03-03-2010

à Orléans , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Orléans) , en partenariat avec laboratoire Orléanais de gestion (laboratoire) .

Le président du jury était Georges Gallais-Hamonno.

Le jury était composé de Philippe Paquet, Georges Gallais-Hamonno, Jean-Jacques Lilti, Jérôme Caby, Maurice Laparra.

Les rapporteurs étaient Jean-Jacques Lilti, Jérôme Caby.


  • Résumé

    Dans les années 60 et avant, le marché international de l’aluminium était présenté comme un cas d’école en matière d’organisation oligopolistique des firmes. En effet, un petit nombre de grands groupes fortement intégrés (les 6 Majeurs) contrôlaient la quasi-totalité du secteur de l’aluminium, des opérations d’extraction de la bauxite, à la fabrication de produits finis à base d’aluminium, en passant par la production d’alumine et d’aluminium en lingots. A partir des années 70, ce monopole est de plus en plus contesté, notamment par des entreprises sur-liquides venues principalement des secteurs miniers et par des entreprises étatiques porteuses de motivations différentes. La création en décembre 1978 du contrat Aluminium au London Metal Exchange (LME) sonne le glas du monopole constitué par les 6 Majeurs. On passe alors d’un système de prix- producteurs, à un véritable système de prix de marché L’objectif de cette thèse est de vérifier, si le LME, bourse pionnière et marché de référence pour les métaux non-ferreux, remplit efficacement ses fonctions financières concernant l’aluminium : Information sur les prix et l’état du marché, protection contractuelle contre les risques de fluctuations des prix, stabilisation des cours.

  • Titre traduit

    The aluminium market : analysis of the structure and movement of spot and futures prices at the London Metal Exchange


  • Résumé

    In the 1960s and before, the international aluminium market has been hold up as a paradigm for oligopolistic company organisation. A small number of strongly integrated conglomerates (the six Majors) did indeed control virtually the entire aluminium sector, from bauxite extraction to alumin and aluminum bar production as well as the manufacturing of finished aluminium products. From the 1970s onwards, this monopoly has been more and more called into question, in particular by cash-fuelled mining corporations and state-owned companies driven by different motivations. When the London Metal Exchange (LME) introduced the Aluminium contract in December 1978, the days of the 6 Majors’ monopoly were counted. From there on, prices have been fixed by producers and the market. This thesis aims at determining whether the LME, a pioneering exchange and the prime market for non-iron metals, efficiently fulfils its financial functions concerning aluminium: information about prices and the market situation, legal protection against price fluctuation risks, price stabilization.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.