Essais empiriques sur la transition énergétique

par Sondès Kahouli-Brahmi

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Dorothée Vaillant-Brecard et de Yannick Le Pen.

Soutenue en 2010

à Nantes , en partenariat avec Institut d'Économie et de Management de Nantes - IAE (autre partenaire) .


  • Résumé

    L'objet de cette thèse est l'analyse de la transition énergétique. En particulier, nous nous intéressons à l'apprentissage technologique en tant que moteur du changement technologique endogène, vecteur principal de la transition. Nous montrons dans le premier chapitre la difficulté de quantifier les effets d'apprentissage et nous identifions un ensemble de facteurs dont la prise en compte peut améliorer la fiabilité des estimations. Nous montrons aussi que, bien que l'incorporation de l'apprentissage technologique dans les modèles énergie-environnement-économie puisse poser des problèmes méthodologiques et mathématiques, elle permet d'améliorer la compréhension de la dynamique d'adoption et de diffusion des innovations énergétiques. Dans le deuxième chapitre, nous nous concentrons sur la question de la compétition entre technologies énergétiques concurrentes. Nous montrons que les effets dynamiques d'apprentissage et les effets statiques d'échelle sont responsables de la situation actuelle de verrouillage du système énergétique sur les sources d'énergies conventionnelles. Nous nous intéressons dans le troisième chapitre au cas controversé de l'énergie nucléaire en tant qu'alternative énergétique future possible. Nous analysons la question de sa compétitivité pour le cas de la France. Nous montrons que les effets d'apprentissage améliorent la compétitivité mais que des délais de construction longs peuvent l'entraver. Dans le quatrième chapitre, nous nous concentrons sur la question de l'offre primaire d'uranium Nous montrons que les prix de l'uranium exercent un effet positif significatif sur la production et les dépenses d'exploration mais pas sur les réserves. Nous montrons également que la production et les dépenses d'exploration sont plus sensibles à une hausse des prix qu'à une baisse.


  • Résumé

    The aim of this thesis is to analyse energy transition. In particular, we are interested in technological learning as a driver of the endogenous technological change, the main vector of energy transition. We show in the first chapter the difficulty to quantify learning effects, and we indentify a bulk of factors which can improve the reliability of estimations. We also show that, although the incorporation of technological learning in energy-environment-economy models may engender some methodological and mathematical complexities, it permits to improve the understanding of energy adoption and diffusion dynamics. In the second chapter, we focus on the question of competition between competing energy technologies. We show that the dynamic learning effects and the static scale effects are responsible for the current lock-in situation of the energy system on conventional energy resources. We are interested in the third chapter in the controversial case of nuclear energy, as a plausible future energy options. We analyse the question of its competitiveness in France. We show that learning effects enhance the competitiveness, but that construction delay may hait it. In the fourth chapter, we focus on the question of uranium primary supply. We show that uranium prices exert a positive and significant effect on production and exploration expenditures but not on reserves. We also show that production and exploration expenditures are more sensitive to prices increase rather than to prices decrease.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (x-258 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 23-28

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Droit et Sciences économiques.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 10 NANT 4033
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.