La louveterie et la destruction des animaux nuisibles : théorie et pratique en Lorraine et Barrois au XVIIIème siècle

par Cyrille Kolodziej

Thèse de doctorat en Histoire du droit

Sous la direction de Christian Dugas de La Boissonny.

Soutenue le 30-06-2010

à Nancy 2 .

Le président du jury était Yves Jeanclos.

Le jury était composé de François Lormant.

Les rapporteurs étaient Hugues Richard, Renaud Bueb.


  • Résumé

    La vision de la faune sauvage s’est considérablement transformée au cours du dernier siècle. Au nom de la biodiversité, protéger est désormais devenu le maître mot. Dans ce nouveau paradigme, les dispositions juridiques relatives à la louveterie et à la destruction des nuisibles sont contestées. Elles témoignent pourtant d’une réalité des rapports entre l’homme et la faune sauvage que l’histoire du droit permet d’appréhender et de comprendre. La présente étude participe à décrire cette réalité dans le cadre historique et géographique de la Lorraine et du Barrois au XVIIIe siècle. Pour saisir la marche progressive et le développement organique de la louveterie et de la destruction des animaux nuisibles en Lorraine et Barrois au XVIIIe siècle, l’étude définit ce que sont les nuisibles et détermine la nature juridique de leur destruction. Elle montre que ces animaux sont une sorte de gibier et qu’à ce titre, ils relèvent du droit commun de la chasse. Les mesures administratives dirigées contre ces animaux ne constituent dès lors qu’un pan spécial du droit de la chasse. Ces mesures se classent en deux catégories : les mesures confiant la destruction des nuisibles à des agents spécialisés tels que les louvetiers dont l’une des principales prérogatives est d’effectuer des battues publiques ; les mesures délégant à l’initiative individuelle le soin de tuer ces animaux, notamment les loups avec la mise en place d’un système de primes. L’analyse des gratifications rend d’ailleurs compte d’une véritable destruction populaire de ces prédateurs à la fin du XVIIIe siècle.

  • Titre traduit

    Wolf hunting and pests catching : theory and practice in Lorraine and Barrois in eighteenth century


  • Résumé

    The vision of wildlife has changed substantially during the last century. On behalf of biodiversity, protection becomes a watchword. In this new paradigm, wolf hunting and pests catching laws are challenged. Yet these laws show a reality of the relationship between humans and wildlife that legal history can grasp and understand. This study helps to describe this reality in the historic and geographical Lorraine and Barrois in the eighteenth century. To understand the progressive and the organic development of wolf hunting and pests catching in Lorraine and Barrois in the eighteenth century, the study defines what are the pests and determines the legal nature of their destruction. It shows that these animals are a kind of game and their destruction depends on the general law of hunting. Thefore, administrative measures against them are only a part of special hunting law. These measures fall into two categories : measures using specialized agents as wolf hunters, one of whose main powers is to make public huntings ; measures delegating to individual initiative the task of killing these animals, especially wolves with the establishment of a system of bonuses. The analysis of these bonuses reflects a popular destruction of these predators in the late eighteenth century.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.